Glen Gould musicien classique du XXe siècle?

Librairie Cook & Book - 07.04.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Gleen Gould - musique piano - critique bande dessinée


Alors que Whiplash est une révélation sur grand écran, il n'est pas question de grosse caisse, de balais et de cymbales avec Glenn Gould, mais tout simplement de piano. D'alto en allegro, Sandrine Revel porte le succès du biopic en bande dessinée à son paroxysme. 

par Matthieu Morvan

 

 

 

 

Chronique BD par Cook&Book

À l'instar du fabuleux Love in vain de Mezzo et Jean-Michel Dupont (dont on peut lire la chronique ici !) consacré à la légende du Blues Robert Leroy Johnson, Sandrine Revel s'est attaqué elle aussi à un gros morceau, le pianiste classique Glenn Gould. Canadien de naissance, le jeune garçon fait preuve dès son plus jeune âge d'une précocité stupéfiante pour dompter les notes. 

 

Un talent qui ne passera pas inaperçu aux yeux de ses parents qui, tout en lui offrant l'environnement propre à l'épanouissement de ses qualités, ne sauront s'empêcher de le couver. Qu'importe, sa voie est toute trouvée et se confirmera tout au long de sa vie : Glenn et son piano ne font qu'un et lui même ne fait qu'un avec son travail. Une communion qui transcendera l'artiste jusqu'à sa mort. 

 

Faut-il voir dans le travail de Sandrine Revel la biographie musicale de l'année 2015 en bande dessinée ? On serait bien tenté de le croire, mais l'heure n'est certainement pas au bilan. Ce qui est sur c'est que du haut de sa quinzaine de titres publiés jusqu'à présent, l'auteur de N'embrassez pas qui vous voulez affiche une maîtrise et une maturité des plus insolentes. 

 

Pour qui n'est pas érudit en matière de musique classique, l'auteure éclaire son lecteur avec intelligence sur les grandes étapes de la vie de ce boulimique de musique pour qui la création et l'interprétation étaient le ciment de son existence. On apprend beaucoup de choses, mais le propos ne bascule jamais dans le pompeux et s'adresse donc au plus grand nombre.

 

Et que dire de la construction graphique ? Au-delà des superbes couleurs vives, la grande force de l'album vient du découpage audacieux érigé en véritable exercice de style : gros plans, déconstruction de planche, utilisation du gaufrier pour dynamiser une scène, tout y passe, contribuant à donner à ce livre une esthétique des plus élégantes.

 

Un pur coup de cœur pour deux artistes dont les œuvres sonores et visuelles sont plus que jamais à découvrir. Bravo Sandrine, bravo Gould ! 

 

Glenn Gould, de Sandrine Revel, aux éditions Dargaud, 21 €