Casterman : une transition entre Teresa Cremisi et Charlotte Gallimard

Clément Solym - 15.11.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Casterman - administrateur délégué - Charlotte Gallimard


Faisant suite au Conseil d'administration des Éditions Casterman qui se déroulaient ce 15 novembre, l'information lancée par le PDG des éditions Gallimard, la veille, sont confirmées. En effet, Charlotte Gallimard, fille d'Antoine, allait être proposée au poste d'administrateur délégué de Casterman. En remplacement de Louis Delas, actuellement en poste, et directeur général, qui partira le 1er janvier 2013.

 

 

 

 

Dans un communiqué, le conseil d'administration de Casterman prend acte de la démission de Louis Delas, « et a décidé d'ouvrir une période de transition sous l'autorité de son président, Madame Teresa Cremisi ». 

 

La maison mettra à profit cet intérim pour apaiser la situation actuelle, alors qu'une quinzaine d'auteurs BD vient d'interpeller Antoine Gallimard, lui reprochant de faire d'eux des « vaches à lait ». Ainsi, les équipes et les auteurs  de Casterman pourront ensemble « construire une stratégie de développement pour conforter et consolider l'ensemble de l'activité éditoriale », assure le CA.

 

« Compte tenu des inquiétudes manifestées par les auteurs de Casterman, le Conseil de Casterman, les représentants du groupe Gallimard et de Flammarion, ont réitéré l'attachement aux activités de Bandes dessinées  et d'édition de Jeunesse du groupe  et ont ainsi confirmé qu'il n'existait aucune intention de vendre Casterman. » 

 

Antoine Gallimard lui-même avait tenu à rectifier le tir : « Vous m'avez adressé une lettre publique où vous laissez entendre que l'éditeur de littérature que je suis n'est qu'un entrepreneur cynique et inattentif à vos préoccupations. Moi qui ai toujours été du côté des écrivains (...), je ne me reconnais pas dans cette caricature. » Et d'assurer : « Je souhaite continuer avec vous tous à faire vivre cette maison, qui est autant la mienne que la vôtre. » 

 

Le CA affiche une volonté unanime des administrateurs que de développer le catalogue « en portant une attention particulière à ses auteurs,  dans le respect de l'identité de Casterman et dans la continuité du travail d'ores et déjà accompli par ses équipes ». Et à ce titre, Charlotte Gallimard « accompagnera ce processus de transition et contribuera à l'élaboration de ce développement ».

 

De quoi rassurer Enki Bilal, qui assurait à ActuaLitté : « Nous avions tous été heureux d'apprendre que ce serait la maison Gallimard qui allait racheter Flammarion, et non un fonds de pension américain. Et si nous n'avons eu aucun contact avant la vente, ce n'était pas le lieu, nous déplorons tous de n'en avoir eu aucun depuis, avec Antoine Gallimard. » (voir notre actualitté)