Charlot, cent ans de vagabondages et des aventures en BD

Clément Solym - 20.10.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Charlie Chaplin - Charlot bande dessinée - cinéma noir blanc


Charlie Chaplin rendit le personnage universel : Charlot, un vagabond, incarnant une figure du hobo américain, est devenu le personnage comique par excellence dans le cinéma muet. Pourtant, c'est simplement le surnom de l'acteur qui donna lieu à la création de ce personnage. Et cette figure attendrissante du monde noir et blanc a connu de nombreuses vies – notamment des aventures dessinées, que la Cité de la BD d'Angoulême va mettre à l'honneur.

 

 

Jean-Claude Forest - sérigraphie - portfolio Max Jacob, 1986
© Babylone / Le lézard graphique

 

 

C'est en 1914, pour le court-métrage d'Henry Lehrman, Charlot est content de lui, que Charlie Chaplin se vêtit pour la première fois de sa redingote étriquée et ses chaussures trop grandes. Le film fut diffusé pour la première fois le 7 février et ce 100e anniversaire a été célébré toute l'année. Et un choix d'album et de périodiques américains est mis en avant, à travers une trentaine de planches originales de Thomen, Mat et Fores, annonce la Cité de la BD. 

 

Dès l'année suivante, il migre vers les comics. En effet, ses « cabrioles comiques » (Charlie Chaplin Comic Capers) débutent dans l'Evening Star en mars 1915 sous le crayon du cartoonist Ed Carey (1870-1928). Segar, le futur créateur de Popeye, lui succédera.

 

Personnage atteignant très vite une notoriété universelle, Charlot connaît d'autres incarnations graphiques, en Angleterre (terre natale de Chaplin) et en France où, entre 1921 et 1974, le personnage sera successivement dessiné par Raoul Thomen, Pierre Lacroix, Mat, Jean-Claude Forest, Serna et Magniaux. 

 

Les bandes dessinées présentées, incluant quelques pages de Funny Wonder, de Bertie Brown « ont participé de la “charlomanie” déclinée sur toutes sortes de supports. Souvent assez peu fidèles à l'esprit des films de Chaplin, elles ont su tirer parti de la silhouette de Charlot, une effigie reconnaissable entre mille et remarquablement “graphique” ». 

 

L'exposition sera à retrouver dans la salle actualités du musée, jusqu'au 1er février 2015.