Chez Izneo, on aime les bulles, mais on est fâché avec les chiffres...

Nicolas Gary - 17.12.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - izneo - catalogue - bande dessinée numérique


La plateforme de vente de BD numériques izneo est très fière d'annoncer aujourd'hui que son catalogue compte désormais plus de 6000 titres, et parmi eux les aventures les plus célèbres du 9e Art. Ainsi, on retrouvera Astérix, Blake & Mortimer, Blacksad, les Bidochon, le Chat, Corto Maltese, Fairy Tail, Largo Winch, Naruto, les Profs, Spirou, les Schtroumpfs, Titeuf, Thorgal, XIII, Walking Dead, et bien d'autres.

 

 

 

 

Plus de 6000 BD, cela fait un paquet de lectures, insiste izneo, qui propose, pour se faire une idée, de prendre quelques outils de comparaison pour mieux comprendre tout le plaisir que l'on pourrait prendre. 

 

Ainsi, à raison d'une BD chaque soir, avant de s'endormir, les « plus de 6000 BD » représenteraient 16 ans de lectures. Ce qui est presque juste : à raison de 365 jours par ans, avec tous les quatre ans, une année bissextile, cela représente 5844 BD. Donc, on pourrait bénéficier d'un peu plus de 16 ans, de fait, plutôt 16 ans et quelques mois... Cela dit, on ne nous dit pas combien de temps on passe à lire une BD. 

 

Ah oui ? Tiens donc... Mais izneo poursuit l'exercice : les 6000 titres représentent 7 années de pause déjeuner, à condition de ne prendre qu'une heure pour déjeuner. Continuons dans les chiffres et les lettres :  soit 235 jours travaillés par an (eh oui, on supprime les WE et les cinq semaines traditionnelles de congés), sur sept années, cela représente 1645 heures de pauses déjeuner. Donc 3,64 BD lues par heure de pause déjeuner - ce qui implique que l'on ne va pas être très regardant sur la nourriture que l'on ingère... Énorme, tout de même, 3,64 BD par heure...

 

Soit une baignoire qui fuit, à raison d'une goutte par seconde...

 

Dans le même ordre d'idée, on pourrait effectuer 100 allers-retours Paris-Marseille en TGV, « sans quitter le nez de sa tablette ». Outre qu'on vous souhaite une bonne conjonctivite, tout se complique un chouia.

 

Un aller-retour, sans quitter son siège pour une pause café ou toilettes, ce sont 6h40 de voyage en moyenne, donc 6,66 heures. 100 aller-retour signifient 666 heures, durant lesquelles on va lire plus de 6000 titres numériques. Soit un total de 9 BD par heure. Allons donc : on vient de nous dire que l'on pouvait lire durant sa pause déjeuner 3,64 BD par heure, et maintenant que l'on se retrouve dans le TGV, on est capable de lire presque trois fois plus de BD ? 

 

 

 

Ultime argument logique et massue : le catalogue permettrait de passer 500 rendez-vous chez le coiffeur - mais, détail qui a son importance, il faut avoir les cheveux courts. Bon, admettons que l'on aille tous les mois chez le coiffeur, sans faire de permanente ni de couleur, et que le rendez-vous, entre l'arrivée et le départ dure 30 minutes. Cela revient à 6 heures annuelles, soit, sur 500 ans, 3000 heures et donc un nombre de 2 BD lues, par heure. Ce qui en soit est assez cohérent dans les usages... Mais en regard des différentes estimations précédentes, devient un peu dingo : c'est sans aucune cohérence avec les autres chiffres... 

 

Bref, si le catalogue compte bien plus de 6000 titres, on attend encore la méthodologie sur les chiffres avancés.

 

PS : Un aller-retour Paris-Marseille coûterait, si on l'achète le 13 janvier prochain, 80 €. En l'occurrence, 9 BD par heures, à raison de 6 € en moyenne pour une BD numérique, cela fait déjà 45 € pour une heure. Le voyage mettant 6,66 heures, donc un montant total de presque 300 € pour lire pendant la totalité de l'aller-retour... 

 

Or, s'il existe une offre d'abonnement mensuel à 9,90 € par mois, elle limite à 15 le nombre de BD numérique que l'on peut lire durant le mois. Et pour mémoire, le trajet aller-retour, ce sont presque 50 BD que l'on lirait, selon les chiffres d'izneo.

 

On est certain que ce sont plus de 6000 titres, que le catalogue d'izneo possède ?

 

PPS : un grand merci à notre chroniqueur avisé Mimiche, la calculatrice humaine, pour la crise de fou rire devant ces chiffres