Comics : les artistes américains en ont marre des polémiques

Antoine Oury - 13.04.2015

Manga/BD/comics - Comics - comics - auteurs - femmes sexy


Nous posions la question jeudi dernier : « Stéréotypes dans les comics : les auteurs ont-ils tous les droits ? » L'interrogation suivait un dessin humoristique de l'auteur Frank Cho qui mettait en scène Spider-Gwen fesses tendues, façon Milo Manara. Le créateur de Spider-Gwen avait fait part de toute son indignation, ainsi que de nombreux fans du personnage. Rob Liefeld, auteur de comics connu pour son attitude de bad boy, appelle les artistes à la rébellion. 

 

 

Le tweet de Frank Cho qui a mis le feu aux poudres

 

 

D'après Frank Cho, il ne s'agissait que d'une blague potache : l'auteur a posté sur Twitter un dessin de Spider-Gwen, avec un hommage à Manara. Le croquis reprend en effet la position que Milo Manara avait fait adopter à Spider-Woman à l'occasion d'une couverture alternative commandée par Marvel. Après un tollé, la couverture avait été censurée par Marvel.

 

Pour revenir à Spider-Gwen, le cocréateur du personnage, Robbie Rodriguez, a fait état de son avis sur le dessin de Cho, via Twitter également : « Voilà mon avis sur le croquis de Frank Cho. Tu dessines des images dégueulasses d'un de mes enfants. Je te souhaite de ne jamais me croiser. » Simple et efficace... 

 


 

Entre Rob Liefeld, via Facebook, cette fois : l'auteur est particulièrement connu pour ses créations au cours de la décennie 1990. Cable, X-Force, Deadpool... Ses personnages se caractérisent par une propension à la déconne ou à la violence assez forte, mais son style ne ravit pas tout le monde, chez Marvel. « Il était du genre à faire des fenêtres carrées pour la vue extérieure d'un building, puis rondes une fois la vue passée à l'intérieur », se souvenait ainsi Louise Simonson, scénariste.

 

Depuis sa page personnelle, Liefeld s'est lancé dans un long post pour fustiger ces nouvelles polémiques, qui découlent d'après lui d'un certain puritanisme, ou au moins d'une restriction des libertés artistiques. « Qu'est ce qu'il se passe ? Jessica Rabbit est-elle une bande dessinée honteuse pour les gens d'aujourd'hui ? Et Betty Boop ? Cette rhétorique s'est répandue ces derniers temps et je trouve assez dérangeant de rabaisser des talents tels que Frank Cho, J Scott Campbell, Milo Manara pour leurs personnages féminins élancés. »

 

Il poursuit : « Hé, mon pote, qui que tu sois, c'est juste l'imagination, ce n'est pas réel. On dessine des guerriers et des guerrières. » D'autres artistes, comme J. Scott Campbell ou Frank Cho, se sont rangés à ses côtés, en expliquant que l'industrie des comics était devenue extrêmement attentive — comprendre, trop — aux différentes polémiques qui pouvaient naître d'un dessin.

 

Des dizaines de messages ont été postés en quelques heures, et le site The Outhousers propose une sélection assez révélatrice. Rob Liefeld l'a souligné à plusieurs reprises : « Nous devons pousser une gueulante, tous ensemble. Tous les styles peuvent cohabiter, mais pas aux dépens de nos styles respectifs. »