Comics : toute une vie de collection, vendue pour une cuisine

Antoine Oury - 21.11.2013

Manga/BD/comics - Comics - vente aux enchères - cuisine - voiture


C'est une collectionneuse connue par delà les frontières qui s'apprête à vendre quelque 500 exemplaires de son trésor de guerre : Maggie Thompson, originaire du Wisconsin pourrait récolter pour plus d'un million de dollars avec ses comics, tous manifestement dans un excellent état de conservation. 

 

 


 

 

Pour JC Vaughn, vice-président de Gemstone Publishing, ce type de collection n'est pas rare. Juste peu nombreuses. Mais la force de celle que mettra Maggie aux enchères, réside dans les conditions de conservation étonnante. 

 

Depuis son plus jeune âge, Maggie, aujourd'hui 70 ans, collectionne les comics. Et son époux, Don Thompson, était un autre collectionneur frénétique. Tous deux quittèrent l'Ohio, où Don était employé dans un journal, direction le Wisconsin. Et sur place, ils se sont lancés dans l'aventure d'un magazine, le guide Comics Buyer, destiné à présenter des cotations de BD.

 

Don est décédé en 1994, et en janvier le Guide s'est arrêté, mais Maggie n'a pas cessé d'accumuler les comics. D'autant plus qu'elle s'est lancée sur internet, avec un blog qui évoque les manifestations et la culture comics. Son credo : montrer comment ces oeuvres que les parents détestaient ont fini par devenir une partie intégrante, voire majeure, de la culture américaine. 

 

Plusieurs des ouvrages qu'elle a proposés en pré-enchères sont déjà partis, comme une couverture de Conan, adjugée pour 45.000 $, et plusieurs exemplaires se chiffrent en dizaines de milliers de dollars. 

 

Reste que Maggie a vraiment pris la peine de ne pas abîmer ses exemplaires : certains ont été lus peut-être cinq fois depuis qu'elle les possède. Autrement dit, l'usure est extrêmement minimale. 

 

Se séparer de cette collection, c'est aussi pour apporter un peu plus de confort dans sa vie : Maggie souhaite s'offrir une nouvelle voiture, rénover sa cuisine, et avoir un petit pécule pour sa retraite et gâter ses petits-enfants. Elle n'est pas très sentimentale concernant les exemplaires, patiemment accumulés. Une décision qui choque un peu sa fille, pour qui il revenait aux enfants et petits-enfants de faire fructifier la collection familiale...

 

La collection est à retrouver à cette adresse