Crise au FIBD : Mitterrand s'impose en médiateur

Clément Solym - 12.09.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - mitterant - bondoux - thévenet


Frédéric Mitterrand s'impose comme médiateur dans le conflit qui oppose la Cité internationale de la BD et de l’image (Cibdi) avec 9e Art+, la société en charge d’organiser le festival d'Angoulême. Et ce, alors que le festival reste toujours privé de la moitié de ses subventions par le Département (voire notre actualitté).


Lors du festival de la fiction TV de la Rochelle ce week-end, le ministre de la Culture et de la Communication a promis de recevoir Gilles Ciment, le directeur de la Cité de la BD et Franck Bondoux, dirigeants de 9e Art+ , selon sudouest.fr, afin de résoudre leur différend avant la prochaine édition du Festival International de la Bande Dessinée (FIBD) qui se tiendra du 26 au 29 janvier 2012 à Angoulême.

Mercredi dernier, Frédéric Mitterrand a reçu pendant une heure Michel Boutant, le président du Conseil général de la Charente et président de la Cibdi pour faire un point sur la situation. Une rencontre «constructive» lors de lqualle Michel Boutant serait cependant resté sur son idée que seule une convention liant 9eArt+ à la Cité de la BD pour débloquer la situation, selon sudouest.fr.

Le délicat sujet Thévenet

Autre fait délicat, c’est Jean-Marc Thévenet, l’ex-patron du FIBD licencié cinq ans plus tôt qui sera le commissaire de l’unique exposition organisée par la Cibdi lors du festival.

C'est qu'en 2006, la situation de Jean-Marc Thévenet, était assez complexe. Directeur général du festival d'Angoulême, il était également dans plusieurs autres organigrammes de sociétés, sans que l'on puisse pour autant le lui reprocher. Cependant, la question d'un possible conflit d'intérêts s'était largement posée, avec un salaire de 6000 € pour un plein temps, à la direction du festival, qui pouvait poser question.

Limogé en février 2006, son départ avait marqué le début d'une fameuse zone de turbulences pour le festival. (voir ActuaBD)

Interrogé sur le pourquoi du comment de son retour, cin ans plus tard, Jean-Marc Thévenet fanfaronne : « La page est tournée depuis 2006. Si on m'a sollicité, ce n'est pas pour le symbole mais pour mon expertise. Je suis le seul en France à avoir cette double casquette, BD et art contemporain. »