Dans l'enfer du travail intérimaire : salaire net et monde de brutes

Florent D. - 10.09.2013

Manga/BD/comics - Univers BD - salaire net - monde de brutes - intérimaires


Dans le monde moderne et impitoyable, voire impitoyable parce que moderne, l'emploi intérimaire est une douloureuse étape dans l'apprentissage de la vie active. Et nulle question de chercher de la douceur dans ce monde de brutes : ni chocolat ni tendresse ne pourront vous sauver du distributeur qui refuse obstinément de vous fournir le moindre euro. Vie de merde ? Presque. En tout cas, pas loin. 

 

 

 

 

Sébastien Marnier et Élise Griffon signent ici une BD tirée d'un blog éponyme, Salaire net et monde de brutes, qui donne son nom à l'ouvrage. C'est une chronique de la mort annoncée de notre univers capitalistique, à travers le prisme de la précarité salariale. Nous vivons dans un monde où l'emploi, denrée de première nécessité, se décline dans les pires expressions de la dégradation humaine.

 

Heureusement, Seb et Élise ont de l'humour. Ne serait-ce que parce que Seb est drôle à regarder, avec sa moustache. Et avoir une pilosité sous le nez qui rend Magnum ridicule, c'est nécessairement une preuve d'humour. Les voici partis pour inventorier tous les métiers par lesquels ils sont passés, sans jamais grincer trop des dents, ni même avoir de regrets. En revanche, il faut souhaiter que les employeurs ne se reconnaissent jamais - ou alors qu'ils en meurent de honte. 

 

 

 

 

Tour à tour livreur de pizza, démonstrateur pour une marque d'eau minérale gazeuse aux bouteilles très reconnaissables, assistant dans une boîte de mode (ou assimilée), Seb garde le cap des boulots médiocres où il est mis à mal. Les humiliations d'Élise sont d'un autre genre : c'est plutôt la dégradation personnelle qui est mise en scène. Et parce qu'à deux c'est mieux, ils iront même jusqu'à distribuer des échantillons de biscuits industriels au pied de La Défense. Triste monde tragique...

 

Mais il faut être honnête : si le dessin n'est tout de même pas fantastique, il a une véritable personnalité qui égaye cette aventure malgré tout horrible. Heureusement, il paraît que dans la vraie vie, Sébastien et Élise ont de vrais emplois. À ne surtout pas offrir à un ami chômeur de longue durée. Ni à un copain intérimaire. Ou alors, s'assurer que, lui aussi, il a de l'humour.

 

Salaire net et monde de brutes, aux éditions Delcourt

Et à retrouver sur le blog de Libération