Décès de l'auteur de BD Alex Barbier

Camille Cado - 31.01.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - décès Alex Barbier - Alex Barbier BD - BD avant-gardiste


Les éditions Frémok ont annoncé le décès d’Alex Barbier à l’âge de 68 ans. Auteur caractérisé comme hors norme ou avant-gardiste, il était connu pour sa capacité à transgresser les codes narratifs et picturaux de la BD. Il avait notamment été le premier à introduire la couleur directe.

(Photo d'illustration : Couverture de Dernière Bande, Alex Barbier, éditions Frémok)

 
Né le 15 mars 1950 dans le Jura, Alex Barbier publie ses premières pages dans le journal Charlie Mensuel en 1974. Réalisées à la couleur directe et abordant rudement la sexualité, ses planches rencontrent aussi bien l'engouement que le rejet : Gébé et Wolinski ont tout de suite voulu le publier, tandis que le magazine français le Métal hurlant a jugé ses pages « artistiques, dans le plus mauvais sens du terme ».
 

Un artiste contre l'ordre établi 

 
Indéniablement, Alex Barbier dérange, comme tout artiste d’avant garde. Il est surtout célèbre pour avoir supprimé les bulles et les espaces entre les cases. Ses planches, véritable mystère esthétique, reprenaient surtout la thématique du cauchemar, du sexe et de la cruauté. 

C’est en 1979 que l'artiste publie Lycaons aux Éditions du Square, suivi par Le Dieu du 12. Sa narration se veut non linéaire, les bulles intermittentes et les histoires sont obscures et subversives. 

Entre 1982 et 1994, Alex Barbier se consacre à la peinture, puis revient à la bande dessinée avec Les Paysages de la nuit et Comme un poulet sans tête.

Sa rencontre avec les fondateurs de Fréon, maison d’édition à l’origine de l’actuel Frémok, lui permet d’obtenir une certaine stabilité éditoriale avec la publication de De la chose (1997), un recueil de peintures érotiques, puis des albums Lettres au maire de V.Autoportrait du vampire d’en face, et Pornographie d’une ville.

Il réédite aussi ses classiques comme Lycaons qui réapparaît en 2003 et Le Dieu du 12 qui ressort en 2011.

En 2014, il publie Dernière bande, signant ses adieux à la bande dessinée. Une exposition rétrospective lui avait été consacrée au Festival d'Angoulême 2015.

Sa maison d'édition Frémok se confie sur Facebook, « Figure tutélaire, il était et restera notre Pape pour toujours. »
 
Couleurs criardes et univers hallucinés, jeunesses folles et lycanthropes, vices et bassesses ordinaires : dès ses premières publications dans Charlie mensuel puis Hara-Kiri, au début des années 80, Alex Barbier détonne, dérange. Malmenant les codes de la bande dessinée tant d'un point de vue narratif – déconstruction du récit, disparition des bulles et des espaces entre les cases – que pictural avec l’intrusion de la couleur directe, dont il est, rappelons-le, l’un des initiateurs en bande dessinée – il s'impose rapidement, avec Lycaons et Le Dieu du 12, comme le Maître sulfureux d'une avant-garde qui, depuis, n'a cessé de grandir.
C'est dans les années 90 qu'Alex Barbier rencontre les jeunes éditeurs de ce qui allait bientôt devenir le Frémok. Le Frémok (alors Fréon) lui propose de publier quelques pages en couleur dans sa revue Frigobox, puis compilera ses peintures érotiques dans un recueil intitulé De la chose. Enfin, il publiera ses nouveaux livres (Lettres au maire de V., Autoportrait du vampire d’en face, Pornographie d’une ville), rééditera ses classiques épuisés (Lycaons, Le Dieu du 12) et s’entêtera à rendre, enfin, la place que mérite cet auteur essentiel de la bande dessinée contemporaine.
En 2014, Alex Barbier faisait ses adieux à la bande dessinée dans Dernière bande. La grande exposition rétrospective qui lui avait été consacrée en janvier 2015 au Festival d'Angoulême retraçait l'itinéraire tumultueux d'un artiste damné et hors normes, en marge car transgressant sans cesse tous les codes narratifs et picturaux de la bande dessinée aussi bien que l'ordre établi, politique ou sexuel. Il aura continué à peindre jusqu'à la fin de sa vie.
 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.