Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Décès du dessinateur de la BD Murena, Philippe Delaby

Julien Helmlinger - 29.01.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - Philippe Delaby - Décès - Murena


Le monde de la bande dessinée est en deuil de l'un de ses plus grands artistes des deux dernières décennies. Ce 29 janvier, les éditions Dargaud ont annoncé le décès brutal de l'auteur belge, Philippe Delaby, survenu cette nuit. Le dessinateur du péplum Murena, scénarisé par son ami Jean Dufaux, est né à Tournai en 1961. L'artiste serait décédé d'une crise cardiaque que rien n'aurait laissé présager, tandis qu'il venait de fêter ses 53 ans.

 

 

 

 

La bande dessinée, Philippe Delaby est tombé dedans quand il était petit. Son père lui ayant offert Tintin au Congo tandis qu'il était âgé de 8 ans, la passion ne le quitterait plus ensuite. A l'âge de 14 ans il intègre l'Académie des Beaux-Arts de Tournai, où il apprend le dessin et la peinture à l'huile, pour se voir ouvrir enfin les portes du Journal Tintin à ses 18 ans, suite à un concours pour jeunes dessinateurs.

 

L'artiste s'est rendu célèbre notamment sur le terrain de la BD historico-légendaire, ayant mis en images Arthur au royaume de l'impossible ou encore Richard Coeur de Lion, sur des scénarios de Yves Duval, ainsi que Bran, histoire de Gaulois scénarisée par Jean-Luc Vernal. Les deux premières épopées citées, format one-shot, lui auront valu un Prix Clio, décerné par le Salon de l'Histoire de Paris, en 1993.

 

 

Philippe Delaby, en 2013. Derrière le panneau, son collègue Jean Dufaux

 

 

Il publie en outre L'étoile polaire, et reprend par ailleurs le dessin de Complainte des Landes Perdues, de Dufaux et Rosinski, épisode 5 et suivants. A partir de 1997, toujours encouragé par le scénariste Jean Dufaux, l'artiste s'est attaqué à dépeindre dans la série Murena la sulfureuse Rome impériale de Néron. Une oeuvre qui rencontre le succès auprès de la citique comme du grand public. Le tome 9 de la saga était paru en 2013.

 

Ci-dessous, la réaction de Dargaud, via Twitter :