Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Décès du dessinateur Michel Plessix

Florent D. - 22.08.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - Michel Plessix Casterman - Michel Plessix Décès - Michel Plessix BD


Originaire de Saint-Malo, Michel Plessix, dessinateur, est décédé ce 21 août 2017 à l’âge de 57 ans. C’est en Bretagne que ses premiers pas dans la bande dessinée se font, alors qu’il réalise des affiches et des pancartes publicitaires. Mais il entrera directement dans le 9e art avec le magazine Spirou.


Sollies Ville - Michel Plessix - P1200019
Michel Plessix - yves Tennevin, CC BY SA 2.0

 

 

Ses débuts de dessinateur se feront sur des affiches ou des plaquettes publicitaires. Après une première expérience de coscénariste (Mark Jones, co-scénarisé et dessiné par Jean-Luc Hiettre) et une participation au magazine de BD Frilouz, il publie une première bande dessinée chez Milan (La déesse aux yeux de Jade) puis se lance dans une série qu’il coscénarise avec Dieter : Julien Boisvert

 

Il adapte le célèbre roman de Kenneth Grahame, Le Vent dans les saules, et prolonge même l’histoire de ces étranges animaux dans Le Vent dans les sables. Il a scénarisé les deux derniers tomes de La famille Passiflore chez Dargaud (dessin Loïc Jouannigot).

 

Il collabora également comme scénariste à plusieurs ouvrages. Il s’était lancé avec Casterman et le scénariste Frank Le Gall pour Là où vont les fourmis. Ce fut là son dernier album, paru en septembre 2016.

 

Denis Bajram évoque « un des auteurs de Bande Dessinée qui m’avait accueilli les bras ouverts dans ce métier. J’étais impressionné par le professionnel, l’homme était devenu un vrai ami. Durant ces 25 ans, j’ai toujours eu un grand plaisir à le voir et le revoir ». 

 


Les éditions Casterman viennent de diffuser un communiqué pour saluer la mémoire de l'auteur
 

Les Éditions Casterman ont eu la très grande tristesse d'apprendre le décès de Michel Plessix, survenu brutalement le 21 août 2017, à l'âge de 57 ans. Michel était un véritable artiste, et son trait personnel, à la fois élégant et raffiné, savait aussi témoigner d'une vigueur terrienne et d'une tendresse humaniste- même lorsque ses personnages avaient une apparence animale. Il appartient à la tradition subtile des aquarellistes Rackham, Laudy et Hausmann. Nous regrettons déjà son talent, mais déplorons surtout la mort d'une personne dont la profonde bonté et la douceur malicieuse auront marqué celles et ceux qui ont croisé son chemin. 
Toutes nos pensées vont vers ses proches et les nombreux amis qu'il comptait notamment dans la profession.