Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Donald Trump, ridicule depuis 30 ans déjà : l'enquête

Florent D. - 02.11.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - donald trump ridicule - satire trump humoristes - comportement trump femme


Pour Garry B. Trudeau et tous les artistes satiriques américains des années 80 qui font commerce du ridicule, Donald Trump est l’étalon de la démesure kitsch et sans limites : faire semblant de ne pas le voir aurait été une faute impardonnable pour tout humoriste, un cadeau qui dépasse leurs rêves les plus fous : Trump est alors intégré à plein régime dans leur business plan.

 


 

Dès 1987, Garry B. Trudeau en fait le personnage principal de Doonesbury, Comic strip humoristique, l’une des premières bandes dessinées américaines à succès diffusée dans la presse traditionnelle à avoir commenté frontalement l’actualité politique.

Bien que Garry B. Trudeau y développe un point de vue libéral qui conduit régulièrement à la suppression du strip de certaines publications, Doonesbury est diffusé dans plus de 1400 journaux et vaut à son auteur sept prix prestigieux, dont le Pulitzer du dessin de presse.
 

En 2106, Donald Trump se porte candidat à la présidentielle. 62 millions d’Américains votent pour lui, aux dépens de sa rivale, la démocrate Hillary Clinton. Le milliardaire a opéré le casse du siècle et a ravi la Maison-Blanche à la barbe de tous. Il a roulé dans la farine ses adversaires, et au passage atomisé le Parti républicain, rendu atones les démocrates.
 

Garry B. Trudeau avait, dès 1987, tout fait pour nous alerter sur le danger que nous faisait courir Donald Trump. Trente ans plus tard, à l’occasion du 1er anniversaire de l’élection de Trump, il nous propose une BD-enquête, qui retrace la vie tumultueuse de cet homme d’affaires égocentrique et paranoïaque, devenu « le maître du monde »… 


Alors que Donald Trump se rapproche inexorablement de ses soixante-dix ans, il éprouve le besoin de détruire un autre quartier... Et donc, après trente ans passés à vouloir la démolition de la Maison-Blanche, il met sa menace à exécution et se porte candidat à la présidentielle. 62 millions d’Américains votent pour lui, au dépend de sa rivale, la démocrate Hillary Clinton.
 

Stephen King diagnostique
la débilité congénitale de Donald Trump


Le milliardaire devient à lui-seul la métaphore d’une Amérique blanche déboussolée, en perte d’identité, avec une mentalité d’assiégée. «Make America Great Again», le slogan de leur superhéros qui va tout réparer, ressemble à un gauche/droite, victoire par KO.

<

>



Avec la folie délirante de Donald Trump, on a l’embarras du choix. Après le coup d’intox de sa première campagne présidentielle, on passe au Trump Princess, yacht de luxe que la peur du large de son propriétaire retient amarré à proximité de ses casinos en dépôt de bilan. Et puis, arrivent les frasques extra-conjugales, réelles ou imaginaires, jouées sous la lumière des projecteurs.

Rapidement suivies par des faillites grand format, ou ses manœuvres en vue de raser un restaurant familial pour faire place nette à un parking pour limousines, ou encore ses divers shows télévisés (les plus notoires le mettant en scène en train de virer des célébrités qui ne trouvent déjà plus de travail), ses fantasmes sexuels très glauques à l’égard de sa propre lle, les délires conspirationnistes, le asco des produits qu’il lance... la liste est longue. 
 

D'un tweet, Trump fait perdre 5 milliards $
à Amazon : la guerre se poursuit


« Ça ne s’invente vraiment pas ; alors, à quoi bon essayer ? Pour certains humoristes, Trump est au-delà de la satire, mais les professionnels savent très bien qu’il est en fait la satire incarnée, pure, brute, disponible pour tous ceux qui veulent s’en servir et s’amuser. Pour cela, nous lui sommes reconnaissants. Pour notre pays, malheureusement, c’est à pleurer » (Garry B. Trudeau, avril 2016).

Garry B. Trudeau – Trump, Enorme – Hachette Comics – 9782012905580 – 19,95 €