États Généraux de la Bande dessinée 2016 : “Auteurs, nous comptons sur vous !“

Cécile Mazin - 06.01.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Etat Généraux - bande dessinée - Benoît Peeters


En marge du Festival d’Angoulême, les États généraux de la bande dessinée ouvriront leur deuxième session. Inaugurée l’année passée, cette réunion des professionnels du 9e Art s’ouvrait sur fond de polémique : la réforme du régime retraite des auteurs avait entraîné un besoin de mobilisation. Mais au-delà de ce mouvement, c’est tout un pan de l’édition qui manifestait la nécessité d’une réflexion posée sur son devenir.

 

Benoît Peeters (EGBD 2015) - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Pas question de « se tromper de combat : les éditeurs sont des partenaires, pas des ennemis, avec des relations parfois compliquées », affirmait Benoît Peeters, président des EG, en introduction. « Le premier motif de réjouissance, c'est le nombre de partenaires mobilisés : tout est parti des auteurs, et maintenant, tout le monde y est associé. États généraux de la BD, cela ne signifie pas États généraux des auteurs de BD. Désormais, les auteurs sont le groupe moteur d'une réflexion d'ensemble. »

 

Les 29 et 30 janvier prochains se tiendront donc les États généraux, 2016 avec la présentation d’une étude menée auprès des auteurs, ayant reçu près de 1500 réponses.  « Nous avons besoin de plusieurs centaines de répondants, pour disposer d’un échantillon représentatif et crédible », expliquait Benoît Peeters, sollicité par ActuaLitté, en septembre dernier.

 

« Nous sommes d’ailleurs curieux des résultats qui sortiront de cette première phase : ils détermineront ce que peut être la frontière entre amateur et professionnel, différemment de ce que l’on pense. Comment définir le seuil de professionnalisme, ce n’est pas une évidence : cela dépend-il du temps consacré à la bande dessinée, ou de la part qu’elle représente dans les revenus ? »

 

Les EG 2016 se dérouleront en deux temps : 

 

SÉANCE PROFESSIONNELLE, le vendredi 29 janvier, de 11 h 30 à 13 h : rappel de l’histoire des mouvements d’auteurs de BD, puis présentation complète des résultats de l’étude suivie d’un débat avec la salle. Destinée plus particulièrement aux auteurs, éditeurs, journalistes et autres professionnels, l’entrée est ouverte à tous. 

 

 

 

SÉANCE GRAND PUBLIC, le dimanche 31 janvier, de 11 h 45 à 13 h 15 : présentation générale des résultats de l’étude suivie d’un débat avec la salle. Pour conclure, la parole sera donnée au Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, afin qu’elles présentent leur cahier de doléances. 

 

« Les résultats de cette étude sont toujours en cours de traitement et d’analyse statistique, mais, d’ores et déjà, nous pouvons vous dire qu’ils recèlent quelques surprises », expliquent les organisateurs. 

 

Notons que les résultats de l’étude seront proposés sur le site, directement, après le Festival. « Mais que cela ne démotive surtout personne de venir sur place. Il est, en particulier, très important que le plus d’auteurs possible soient présents aux deux séances pour poser leurs questions, défendre leurs points de vue et faire des propositions. Auteurs, nous comptons sur vous ! »