medias

Filippetti salue Emmanuel Guibert : la légitimité pour la BD, enfin

Clément Solym - 12.12.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Aurélie Filippetti - Grand Prix de la Critique - Bande dessinée


La ministre de la Culture lit de tout, qu'on se le dise. Avec la remise du Prix de la Critique, par l'ACBD, qui couronne le livre d'Emmanuel Guibert, pour son livre L'enfance d'Alan, voilà que le ministère de la Culture accorde une place de choix au monde des bulles. Inédit, jamais vu, les commentaires ne manquent pas de s'émerveiller. Point de réaction candide toutefois : désormais, la BD a acquis ses lettres de noblesse.

 

 

 

ActuaLitté l'avait noté : après chaque annonce de prix littéraire, cet automne, la ministre de la Culture s'était fendue d'un communiqué de presse, pour féliciter le lauréat, saluant le texte, le roman, l'auteur, le créateur, parfois avec une tendre maladresse

 

Ainsi, Philippe Djian avait joui d'une salve délirante : « Je salue le travail inlassable de ce fascinant ermite de la littérature, qui de ville en ville, dans un éternel déracinement, trouve l'ozone de son univers brûlant. » Voilà qui fait toujours plaisir, certes, et démontrait une implication de la rue de Valois dans le domaine des lettres, jusqu'à lors pieusement ignoré par les précédents ministres. 

 

Mais avec Aurélie Filippetti, le temps du changement était venu, et voilà qu'un petit mot de circonstance accompagnait tout ouvrage primé. Libération s'en était d'ailleurs ému, quelques jours avant nous, 

 

La ministre de la Culture lit beaucoup, énormément, et elle a le nez creux. Les livres qui ont été primés la semaine passée, Aurélie Filippetti les avait déjà tous lus. Avoir un maroquin rue de Valois laisse-t-il tant de temps libre ? 

 

Et inlassablement, Aurélie saluait, félicitait, congratulait, applaudissait, avec un sens de la formule qui finissait par tourner en rond. Mais voilà que le Grand prix de la Critique, récompensant une bande dessinée est remis par l'ACBD, et, alors que personne ne s'y attendait, la ministre poursuit sont travail de félicitations : 

 

Emmanuel Guibert remporte le Grand prix de la critique de bande dessinée pour « L'enfance d'Alan », publiée par la maison d'édition L'Association. Je me réjouis vivement de ce choix qui distingue un merveilleux dessinateur et un maître de la biographie graphique. Après « La guerre d'Alan », qui racontait en trois volumes le périple d'un jeune GI pendant la Seconde Guerre mondiale, on découvre avec émotion le pays où s'est déroulée son enfance, la Californie du Sud d'avant-guerre. Emmanuel Guibert, avec la force du talent et de l'amitié, a su faire entendre la voix aujourd'hui éteinte du « vrai » Allan, « un homme tout rayonnant de son passé ».

Je salue également le travail de découverte et d'accompagnement de la maison d'édition L'Association, aujourd'hui distinguée par ce prix qui mettait en compétition plus de quatre mille nouveautés publiées dans l'espace francophone.

 

En novembre dernier, quelque part dans le ministère de la Culture, on nous confiait : « C'est normal que la ministre communique. C'est un peu systématique avec les prix littéraires, mais ça participe du jeu de l'édition. Qu'on en fasse un peu trop, après... ce n'est pas nous qui décidons... » Mais dans le milieu BD, on sourit, de toutes ses dents. En tout cas, chez ceux qui avaient vu le communiqué de la ministre. C'est que, cette réaction est tellement inhabituelle, que l'on a presque du mal à y croire. 

 

« Que la ministre intègre la bande dessinée au reste de la littérature est une bonne nouvelle. Elle félicite Guibert, un auteur majeur et tout terrain de la bande dessinée, comme elle avait félicité les auteurs de romans et d'essais. Elle reconnaît ainsi que la BD est un genre littéraire majeur », nous explique un directeur commercial de maison BD. C'est qu'auparavant, jamais un ministre ne s'était attaché à féliciter un auteur BD pour l'obtention d'un prix ! « Quand verra-t-on l'un des grands prix littéraires parisiens avoir la même audace que le prix Pulitzer, par exemple, qui n'a pas hésité à récompenser "Maus" d'art Spiegelman par un prix spécial ? »

 

Chez l'éditeur, L'Association, on n'avait même pas eu connaissance du communiqué : « Bien sûr, globalement, c'est une bonne nouvelle, pour nous, et pour l'auteur, plus encore. Et puis, dans la perspective d'Angoulême, c'est toujours une bonne chose. Frédéric Mitterrand n'était pas complètement hermétique à la BD, et il était venu, l'an passé, visiter l'exposition de Baru notamment. Après, un communiqué... il faut voir ce que cela implique pour la BD en général. » 

 

Il est vrai que, quand on parle de l'édition, les grandes maisons de roman apparaissent en toile de fond, plus rapidement que les éditeurs BD. Un tort, bien entendu. Gilles Ratier, secrétaire général de l'ACBD, n'hésite pas, lui, à parler de « véritable légitimité accordée au prix, à la BD. Même si la ministre ne cite pas l'ACBD, tout le monde sait que nous organisons le Grand Prix de la Critique. Et bien sûr, c'est intéressant, parce que la ministre place la BD sur le même plan que les autres arts. C'est une belle récompense pour notre travail ; bien que nous ne soyons pas exempts de reproches, nous avons toujours oeuvré pour faire reconnaître la BD. Pour nous, c'est aussi une belle récompense, que ce courrier officiel ».

 

C'est que, même du temps de Jack Lang, qui avait fait beaucoup pour le développement du festival d'Angoulême, le ministre de la Culture d'alors était intervenu à plusieurs reprises, pour parler de la BD, mais jamais sous une forme aussi officielle. Un petit pas pour le cabinet de la ministre, mais probablement un grand pas pour le monde de la BD...

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.