Franquin, une marque déposée... mais la liberté d'expression ?

Clément Solym - 05.11.2009

Manga/BD/comics - Univers BD - Franquin - marque - déposée


Ce matin, nous avons publié la réponse de Marsu Productions, en réaction à la publication d'une BD Le blog de Franquin, scénarisée par Piak et dessinée par Turalo. MP a demandé le retrait de ce titre à la vente, estimant qu'il « paraît pour beaucoup outrepasser les limites du bon goût et du respect de la mémoire de l’auteur décédé ».

Sauf que le titre avait été publié en papier, à 1000 exemplaires l'an passé, pas vraiment 10.000 comme Glénat, alors on comprend mal. C'est pourquoi Foolstrip intervient finalement. Le titre qu'ils avaient publié voilà deux ans était un hommage à un auteur cher : André Franquin. Sur le web, la série avait plu, beaucoup, et la coédition avec Glénat apportait une diffusion bien plus large. « Et c’est avec fierté et confiance que nous envisagions l’avenir de cette série. » Tout en ayant envisagé les errances juridiques possibles, mais...
Pas assez, hélas, pour vérifier que le nom même de l’auteur auquel nous rendions hommage en le transformant en héros de bande dessinée ne soit déposé, tant il nous semblait incroyable qu’on puisse déposer le patronyme d’un artiste comme une marque.
Mince. Franquin est une marque déposée. Et donc quelques jours après la sortie de l'ouvrage, les ayants droit demandent son retrait. Et foolstrip de faire son mea culpa :
Il semblerait que les raisons de cette demande soient tout à fait respectables, Jean-François Moyersoen, le responsable de Marsu Production ayant expliqué à Eric Dérian que Franquin lui-même n’aurait pas voulu la publication de cet ouvrage et que la diffusion du titre et son écho dans la presse aient pu heurter la famille Franquin. À l’instar du dessinateur du blog de Franquin nous en sommes véritablement désolés et nous en excusons avec sincérité.
Mais non sans grincer des dents. Car Le blog de Franquin, en tant qu'oeuvre de fiction est « un hommage et un ouvrage humoristiques ». On ne fait pas intervenir réellement le vrai Franquin, c'est pour rire. Au pire peut-on le classer dans la parodie. Mais dans tous les cas « à aucun moment les auteurs ne sont orduriers, cyniques, méchants ou simplement vulgaires vis-à-vis de ce dessinateur que nous admirons ni d’aucun autre des personnages s’inspirant d’auteurs ayant réellement existé ».

Mais aujourd'hui, c'est la justice qui tranche, et si l'avis de Franquin sur la question fera défaut, Foolstrip n'en déplore pas moins que l'homme, « comme le Franquin que nous connaissons n’aurait pas, nous semble-t-il, demandé le retrait d’une œuvre, fut-elle inspirée de lui, ne serait-ce qu’au nom de la liberté d’expression ».

Et forcément, derrière les considérations morales se cachent les conséquences financières et logistiques.  Le retrait d'un livre en librairie signifie toujours une perte énorme pour la société qui l'a édité. 

Mais si MP avait reçu un pourcentage des ventes, peut-être que le titre aurait été accepté. Il paraîtrait que même Turalo estime que Marsu Productions est de bonne foi...

Pourquoi ne pas le publier sous Marsu Prod, dans ce cas ?