Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

HEROïneS : connaissez-vous Tintine, Vulverine et Dragonne Balle ?

Nicolas Gary - 29.04.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - femmes bande dessinée - personnages féminins BD - détourner couvertures personnages


La bande dessinée est une vieille dame, pourtant plus pimpante que jamais : depuis 180, cet art graphique se décline, explore et repousse les limites des cases et des bulles. Avec un léger travers toutefois : 70 % des figures d’identification sont masculines. Lyon BD Festival avait ainsi conçu une exposition, HEROïneS, avec JC Deveney, détournant les codes et les personnages bien connus.


Exposition Héroïnes
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Pas moins de 22 auteurs avaient pris part au projet, à parité hommes/femmes. Une seule consigne : reprendre les grandes figures masculines pour en faire des figures tout aussi mythiques… mais de sexe féminin. Un site avait été mis en place, hero-ine-s, où se retrouve une multitude de dessins et autres créations. 

 

L’exposition est présentée dans le cadre du Salon du livre et de la presse de Genève, grâce au soutien de la Fondation pour l’Écrit et de la Fondation Womanity. Elle fut originellement présentée durant le Lyon BD Festival en 2015. 

 

Aux créations alors exposées s’ajoutent, en exclusivité pour le salon de Genève une sélection de contributions que le projet a encouragées et suscitées depuis le site. « De la parodie subtile pour faire rire, mais aussi et surtout, réfléchir sur l’étonnant équilibre des genres dans la bande dessinée », explique-t-on. 

 

Isabelle Guillaume, l’une des contributrices, pose le problème : « Les frasques du Petit Spirou nous paraissent bien innocences (suffisamment en tout cas, pour apparaître en tête de gondole des rayons jeunesse), même lorsque le jeune garnement s’apprête à couper aux ciseaux, par surprise, le maillot de bain d’une inconnue. Mais que se passerait-il si une petite fille en faisait de même pour un homme ? » 

 

Des auteures partagent les remarques les plus sexistes entendues de leur carrière
 

La question mérite d’être posée, et les réponses apportées sont certes désopilantes, mais ne manquent pas de démanger le cortex.

Car l’inversion des postures, les couvertures détournées et les personnages féminisés montreraient plutôt que « la société ne considère pas de la même façon la sexualité des jeunes garçons et celle des jeunes filles. La curiosité des premiers semble aller de soi, en rapport avec l’idée que les hommes ont “naturellement” plus d’appétit sexuel et sont incapables de se contrôler (on sait d’ailleurs combien ce cliché pose problème aux hommes !). »

 

ActuaLitté n’a pas froid aux yeux : voici une sélection de ces œuvres...

<

>