Injuriée, l'auteure féministe de Mockingbird, Chelsea Cain, quitte Twitter

Clément Solym - 31.10.2016

Manga/BD/comics - Comics - Chelsea Cain Marvel - Mockingbirg personnage SHIELD - Twitter crise insultes


Chelsea Cain, auteure d’une série de comics à sucès publiés chez Marvel, n’avait rien demandé. Lorsque sa série Mockingbird s’est arrêtée, elle a reçu des milliers de messages mesquins, voire haineux. Autant d’attaques personnelles qui l’ont passablement dégoûtée, assure-t-elle.

 

Chelsea Cain

 

 

Auteure et scénariste féministe, dont les albums reflétaient amplement les prises de positions, Chelsea Cain est également romancière. Et la semaine passée, elle a décidé de couper court à toute présence sur Twitter, supprimant son compte, purement et simplement. Traduite en français – le dernier roman, Pourquoi moi, est un thriller sorti chez Lattès (trad. Perrin Chambon) – ses livres se sont trouvés cette année dans la liste des meilleures ventes du New York Times.

 

C’est en mars 2016 que Chelsea Cain s’est aventurée dans le monde du comics, pour la série Mockingbird – le tout dessiné par Joelle Jones. Mockingbird est un personnage féministe, agent du SHIELD spécialiste des arts martiaux et de l’espionnage, qui a fait ses débuts dans Astonishing Tales #6. Mais la semaine passée, la carrière solo de l’héroïne s’est arrêtée net. Le dernier tome (voir la couverture) était particulièrement évocateur. Trop ? Il faut croire.

 

C’est la scénariste qui a annoncé la fin de l’aventure sur Twitter, mais mal lui en prit : quelques instants plus tard, des messages de harcèlement ont explosé. « Je suis étonnée que le comics fasse à ce point ressortir la cruauté chez les gens », assure-t-elle. Pour la première fois de sa vie, elle a reçu des messages d’intimidation, passablement misogynes. Et les utilisateurs du réseau social ont fini par vaincre les résistances de l’auteure.

 

 

 

« Il existe encore un segment bruyant dans le lectorat de comics qui est dominé par des cons d’utilisateurs sexistes de Twitter », lâche-t-elle, de colère. « Twitter est encore une plateforme viciée, qui nourrit le culte de l’intimidation... Mais je sais que je ne le quitte pas à cause de menaces de viol ou parce que quelqu’un a diffusé mon adresse en ligne, ou une autre méthode déplorable dont on entend parler. J’ai quitté Twitter en réseau de ces débordements quotidiens, dont j’ai décidé qu’ils n’étaient plus supportables. Le niveau de base de la grossièreté et du sexisme. [...] Si un étranger vous hurle après dans la rue ? Vous vous en allez... » (voir ici)

 

Et c’est ce qu’elle a fait. 

 

Alors oui, la série Mockingbird est annulée, avait-elle assuré, « mais nous devons nous assurer que Marvel fait de la place pour que plus de titres soient publiés, par des femmes, racontant l’histoire de femmes qui bottent des culs », lançait-elle. Avec le soutien inconditionnel d’Axel Alonso, directeur de Marvel comics : 

 

 

Qu’importe : Chelsea Cain a désactivé son compte, écœurée : « Je suis partie de Twitter, parce qu’à la fin, toutes les bonnes choses de ce réseau ne compensent pas l’immense médiocrité. »