L'art du canard : le collectif interDuck cancane à Angoulême

Nicolas Gary - 29.01.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - interDucks BD - Angoulême présentation - donald canard


La mise en scène organisée à l’Hôtel de Ville ne manquait pas de charme, et personne n’osera dire qu’elle ne cassait pas trois pattes à un canard. Bien au contraire. En présence du maire d’Angoulême, Xavier Bonnefont, un portrait ancien, datant de l’époque de la Renaissance, et non sans lien avec François 1er était dévoilé à la presse. Médusée, cette dernière a senti comme un frisson lui glisser sur l’échine : il ne faisait pourtant pas un froid de canard...

 

InterDuck, L'Art du canard

Pas de prise de bec” - Xavier Bonnefont, maire d'Angoulême

 ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Suspens de bon aloi, toute cette préparation servait à annoncer la publication d’un très gros volume, aux éditions Glénat : L’Art du canard, réalisé par le collectif interDuck. Le groupe nait en 1982, quand le Dr. Eckhart Bauer (professeur à l’École Supérieure des Beaux-arts de Brunswick en Allemagne) réunit les premiers intéressés, prêts à se lancer dans une exploration singulière et ludique avec les moyens de l’art. « Et quelle ne fut pas leur surprise en découvrant à quel point le monde était encanardé ! »

 

 

 

« Les « interDucks », mystérieux clan de canards, ont suivi l’évolution de l’humanité depuis les cavernes préhistoriques jusqu’aux temps modernes, en passant par les grandes civilisations de l’Antiquité et du Moyen-Âge. Chemin faisant, il semble qu’ils soient intervenus plus souvent dans notre vie que ce qui a été rapporté. 

Leur collection d’art, la DUCKOMENTA, léguée en héritage à l’humanité, nous permet aujourd’hui de reconstituer l’histoire des interDucks. Apparemment, ils ont quitté notre monde depuis des années. Mais la recherche continue et est loin d’être terminée... » 

 

 

 

À quoi ressembleraient les plus grandes œuvres d’art du monde si elles n’avaient pas été réalisées par des êtres humains, mais par des... canards ? C’est la question à laquelle tente de répondre le groupe d’artistes interDuck dans L’Art du Canard. En peinture, photographie, gravure ou sculpture, ils réinventent notre patrimoine culturel en l’affublant de becs, de plumes et de pieds palmés. En résulte une galerie d’œuvres symboliques et réinterprétées façon canard – des tombeaux égyptiens à la Joconde – nous plongeant dans un monde imaginaire et crédible à la fois...

 

L’ouvrage sera disponible mi-mars, proposé en trois langues, et sera accompagné d’une exposition au couvent Sainte-Cécile, de Grenoble, du 14 avril au 29 juillet. Au sein du collectif, se retrouvent Anke Doepner, Ommo Wille, Rüdiger Stanki, ProfesseurVolker Schönwart et du Professeur Docteur Eckhart Bauer. Leur exposition se composera de nombreux tableaux, sculptures et affiches reprenant les grands classiques de l’histoire de l’art, tous revisités à la sauce canardesque.

 

Une exposition interDuck est visible du du 28 janvier au 15 mars 2016 au Musée d'Angoulême.