medias

La bande dessinée numérique reste un marché de niche, mais qui a le mérite d’exister. Les plateformes se multiplient ainsi que les offres, que ce soit le simultrad, l’abonnement ou l’achat par tomes. Si le manga est encore allégrement piraté avec l’existence des scantrads, un genre exclusivement numérique semble avoir trouvé son public : le webtoon.


Forever Wolf, sur Delitoon
 

Le webtoon se développe en Corée avec la démocratisation de la lecture sur smartphone, bien plus courante qu’en France. Deux plateformes dédiées à ces bandes dessinées numériques dominent le marché : Daum crée en 2003 et WEBTOON en 2004, accompagnées d’autres portails aux tailles plus ou moins importantes. De nombreux titres sont disponibles sur ces plateformes, dont certains accessibles gratuitement.

Au total, le webtoon cumule 500 millions d’euros de chiffre d’affaires en Corée du Sud.
 

Une stratégie purement numérique


Hang Lang Su, représentante de la plateforme Kakaopage déclarait : « On lit du webtoon dès qu’on a deux minutes, dans le métro, en attendant le bus, c’est une activité quotidienne qui occupe la quasi-totalité des adultes. »

Le webtoon fait partie du quotidien de nombreux Sud-Coréens. Son succès découle d’un format pensé pour le numérique : les chapitres sont courts et s’achètent individuellement. La lecture est confortable et s’adapte à de brefs moments passés sur son téléphone.

Au-delà des applications sur smartphone, le webtoon se trouve sur ordinateur via les sites web, tablettes et consoles de jeux. Une stratégie multisupport qui conquiert un public le plus large possible.

À l’image des mangas, le webtoon devient transmédia. Crunchyroll a annoncé au mois d’octobre une collaboration avec WEBTOON pour la production de nouveaux animés.
 

Où lire du webtoon en France ?


Plusieurs plateformes proposent du webtoon en France : Izneo publie ses propres titres dans une catégorie spécifique de son catalogue — bien nommée « Webtoon ». Les chapitres peuvent être achetés individuellement ou inclus dans les offres d’abonnement.

La plateforme pionnière du genre en France est Delitoon, créée en 2016 par Didier Borg, ancien éditeur chez Casterman. Elle réunit environ 400 000 inscrits et 600 000 visiteurs mensuels. Tout comme Izneo, les premiers chapitres sont consultables gratuitement et les suivants peuvent être achetés à l’unité.



 
WEBTOON, malgré son catalogue principalement en anglais, propose aux utilisateurs de traduire eux-mêmes les chapitres dans la langue de leur choix, dont le français. Si la pratique peut poser question sur un plan de qualité et de déontologie — elle n’est pas rémunérée ni réalisée par des professionnels — elle a l’avantage de permettre aux lecteurs d’être impliqués et non justes consommateurs.

La dernière plateforme née est Webtoon Factory, crée par Dupuis en janvier 2019. Le site propose des créations originales avec des styles graphiques plus variés en se rapprochant du franco-belge ou du roman graphique, là où ses concurrents gardent un esthétisme proche du manga.

C’est une possible volonté de conquérir un public plus âgé en proposant des thèmes plus variés. On retrouve le même système d’achat que Delitoon avec la présence d’un espace « Creator » où les auteurs peuvent publier gratuitement pour être lus gratuitement. Une visibilité est offerte aux auteurs et le site s’enrichit de contenus gratuits.
 

Une mise en page repensée


La force du webtoon se trouve dans son format, pensé pour le scrolling. Là où beaucoup de bandes dessinées numériques gardent une mise en page identique à leur version imprimée, le webtoon offre un confort de lecture en étant pensé spécifiquement pour le numérique.

Dans ce format de lecture à la verticale, et non plus de gauche à droite — ou droite à gauche pour le manga — les cases n’ont plus le même objectif de cadrer la lecture, mais d’offrir un espace de vie à l’illustration. Elles sont généralement centrées sur la page en offrant de généreuses marges pour aérer la lecture. Leur format vertical rend le scrolling intuitif et la lecture sur écran simple, puisqu’il n’est pas nécessaire de zoomer ou de se déplacer sur la page pour pouvoir la lire.

Il s’agit alors pour le webtoon de penser sa mise en page et son scénario — proposé sur de courts chapitres — pour une lecture numérique, brève et publiée de manière hebdomadaire ou mensuelle. Pouvoir garder l’intérêt du lecteur dont l’attention est mobilisée par beaucoup de distractions sur Internet reste ainsi un enjeu essentiel. 

par Axelle Carreno


via France Inter, Crunchyroll, France inter


Article réalisé et publié dans le cadre des travaux menés avec les élèves du Master 1  Commercialisation du livre Apprentissage de l’université de Villetaneuse — Paris 13, spécialité Commercialisation du livre. Les étudiants sont invités à écrire sur un sujet lié au monde de l'édition, suivant des consignes de rédaction journalistique.  


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.