Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La visite d'Audrey Azoulay à Angoulême qu'assombrit le rejet de l'association

Florent D. - 26.01.2017

Manga/BD/comics - Univers BD - Audrey Azoulay Angoulême - festival BD Azoulay - association refonte organisation


Alors qu’elle avait porté le dossier d’Angoulême depuis le début de son mandat, la ministre de la Culture a essuyé un vilain refus. « Un petit camouflet, même », note un observateur, « assez prévisible ». À la tête de l’association du FIBD, Delphine Groux a entaché la visite d’Audrey Azoulay.

 

Crédit Ministère de la Culture

 

 

Venue à la rencontre des auteurs et des éditeurs, Audrey Azoulay était en déplacement à Angoulême ce 26 janvier. Mais la veille, lors de la cérémonie d’ouverture, Delphine Groux a confirmé ce que beaucoup pressentaient : le projet porté par le ministère ne l’intéresse pas.

 

« L’association du FIBD n’intégrera pas l’association préconisée par la médiation », a-t-elle assuré. Et de revendiquer les réussites tant de l’actuelle société organisatrice, 9e Art + que des fondateurs du FIBD, pour défendre sa position. (via Charente libre)

 

Attitude prévisible, puisqu’avant même le déplacement d’Audrey Azoulay, Delphine Groux avait fait part de réticences – assurant par ailleurs qu’elle pourrait ne prendre position qu’après le Festival. Avec Franck Bondoux, elle insistait même sur la communication parasitaire du ministère.

 

Ce dernier avait en effet annoncé la constitution d’une nouvelle association « qui sera une structure légère, permettra d’assurer une meilleure coordination et une meilleure implication des partenaires dans les orientations importantes du festival et dans l’utilisation des moyens financiers qui lui sont alloués ».

 

C’est ce projet que Delphine Groux a donc officiellement rejeté. La suite ? Il faudra certainement attendre la fin de la manifestation pour la connaître, les discussions continuent.

 

Les messages de la ministre ne manquaient alors pas de saveur :

 

 

 

Reste alors à constater qu’en dépit des efforts déployés depuis 11 mois pour constituer une alternative apaisée, la manifestation est « un trésor parmi les festivals ». Une consolation que l’on noie dans les bulles.