Maison du dessin de presse : “Martel” en tête et Saint-Just à dos pour Riester

Nicolas Gary - 13.01.2020

Manga/BD/comics - Univers BD - dessin presse salon - Franck Riester Wolinski - Saint Just Martel


« Une belle boulette » se marre un acteur local, qui n’en dira pas plus. Comment le ministère de la Culture a-t-il pu se prendre les pieds dans le tapis de la sorte ? En annonçant sa volonté de créer une Maison du Dessin de Presse, Franck Riester aurait manifestement oublié… qu’il en existe déjà une ? 

Georges WOLINSKI painted portrait - Hommage et soutien de la Demeure du Chaos à Charlie Hebdo #jesuischarlie P1050130
thierry ehrmann, CC BY SA 2.0


#JeSuisCharlie, d’accord, mais #JeSuisMalConseillé fonctionnerait aussi ? Le 7 janvier dernier, la rue de Valois attirait l’attention sur un louable projet. Fonder une Maison du dessin de presse, tout à la fois en hommage aux victimes du massacre perpétré chez Charlie Hebdo, et plus encore à Wolinski. Le dessinateur comptait parmi les victimes, et avait plusieurs fois appelé de ses vœux la création d’un tel lieu. 

Le pays vivait alors au rythme du souvenir, et personne ne s’est souvenu que la commune de Saint-Just de Martel (Haute-Vienne) dispose déjà d’un centre ressemblant éminemment à ce que le ministre envisage. 
 

Haute-Vienne que pourra...


À peine le projet lancé, un élu bordelais, Fabien Robert, premier adjoint au maire de Bordeaux et vice-président de Bordeaux Métropole, annonçait que la ville postulait pour accueillir la maison en devenir. Sauf que, rappelle Le populaire du Centre, l’Espace Loup, créé voilà neuf ans, et le Salon international de Saint-Just-le-Martel, après quatre décennies d’activité, ont déjà mis le projet à l’œuvre.

Plus encore : l’épouse de Wolinski avait offert le bureau du dessinateur, qui se retrouve dans l’Espace Loup. D’ailleurs, le salon se tiendra en septembre prochain, et d’aucuns invitent déjà le ministre à s’y rendre — inutile de gâcher de l’argent public pour réinventer la roue, non ?

Pour l’heure une réponse de Franck Riester sur les réseaux, et un courrier adressé au maire de Limoges, Émile Roger Lombertie, laissent comprendre que… rien n’est décidé. Mais surtout que tout est encore à monter. « Une mission de préfiguration fera le point sur tous les aspects du projet, dont la fédération des structures existantes et l’implantation... », indique un courrier de Valois.
 
 

38 ans de bons et satiriques services...


Alors, quid ? Eh bien, à prendre quelques renseignements, que fournit bien volontiers Philippe Henry, président du Salon de dessin de presse, Saint-Just est tout de même le grand oublié. « Nous sommes reconnus dans le monde entier, mais apparemment, à Paris, on ne nous connaissait pas », indique-t-il à France 3.

Pourtant, le salon a fêté ses 38 ans, dispose d’un centre permanent depuis 2011, Cabu avait posé la première pierre, et une collection de 10.000 pièces et plus, héritée de Wolinski, s’y retrouve. 

Pour autant, une mission est confiée au président du Centre national du livre, et on se demande bien si la Haute-Vienne n’afficherait pas la sexytude que Valois attendrait de ce « grand espace » ? 
Le maire de Limoges plaiderait volontiers pour que Saint-Just obtienne… justice, sinon réparation. « Ce serait une vraie reconnaissance de l’engagement constant, de l’antériorité, du respect apporté aux dessinateurs assassinés et un merveilleux clin d’œil au milieu rural porteur de culture et d’humour », commente-t-il. 

Dans tous les cas, le sentiment plane : Saint pas Just...

 

mise à jour 13 h : 


Selon nos informations, « un rendez-vous avec Saint-Just est déjà acté » et, dès le début des réflexions, autour de cette Maison « il était évident qu’ils seraient dans la boucle, en regard de leur ancienneté », assure un proche du dossier. Identifié, mais pas encore contactés, donc...

La manifestation, qui collabore déjà activement avec la BnF — laquelle détient plusieurs fonds de dessins de presse — « était bien identifiée par les services du ministère ». Le tout est maintenant de réunir les informations nécessaires, en collectant ici et là les interventions de chacun, « pour sortir la meilleure solution possible, avec un endroit qui soit le plus visible ». 




Commentaires
Le Centre International de Saint Just le Martel est depuis 40 ans le lieu de rencontre des plus grands dessinateurs de presse de tous les continents et un demi millier d'entre eux s'y retrouvent tous les ans. Un fonds de milliers de dessins des plus célèbres y est détenu, c'est également un outil pédagogique et un espace permanent d'expositions. C'est surtout un lieu de mémoire vivante du dessin de presse et d'humour, tels que le bureau de Wolinski ou les donations uniques effectuées depuis le début par de très nombreux dessinateurs du monde entier. Si un investissement public doit être engagé il doit bénéficier au Centre International existant et irremplaçable.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.