medias

Maurice Sendak, auteur de Max et les maximonstres, a encore la pêche

Clément Solym - 30.01.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Maurice Sendak - Stephen Colbert - Talkshow


Quand l'auteur de Max et les maximonstres rencontre un présentateur vedette de la télévision américaine qui s'est présenté aux élections présidentielles, on peut s'attendre à un débat intéressant. Mixant leurs pensées respectives à un bouillon de jus de cranes, Maurice Sendak et Stephen Colbert ont sublimé leurs idées majeures concernant le livre pour enfant.

 

« Je n'écris pas pour les enfants. J'écris. Quelqu'un a dit un jour « c'est pour les enfants » et c'est comme ça j'ai commencé à écrire pour eux », voilà qui est dit. On apprend également que Maurice Sendak n'aime pas les adultes et que c'est essentiellement pour cette raison qu'il s'est tourné vers les enfants. Ce à quoi Stephen Colbert réplique « qu'un gay écrive pour des enfants, ce n'est pas un peu… » Eclat de rire général.

 

Entre deux ou trois révélations sur sa vie personnelle, Maurice Sendak livre son constat sur les livres pour enfants contemporains : « Nuls ». Le mérite d'être clair comme on dit.

 

 

Comme dans nombre de talkshows américains, c'est l'humour qui prime dans la conversation. Comme lorsque Stephen Colbert tourne les pages d'un livre de Sendak et lui montre qu'il a découpé tous les endroits où il a vu un pénis. Autant dire qu'il a découpé des dizaines de petits ronds bien de chasteté pour protéger les enfants.

 

Humour et dérision en fil rouge, vous pouvez trouver l'intégralité de l'interview ici