Netflix entre en Asie, et n'exclut pas de produire des animes

Antoine Oury - 04.11.2015

Manga/BD/comics - Univers Manga - Netflix anime - production contenus - Asie


La société de diffusion de films et de séries Netflix s'est exportée en Asie en septembre dernier, avec l'ouverture de la plateforme au Japon. Devenue productrice de contenus, la société spécialiste de l'abonnement avec accès illimité produit à présent des œuvres, séries ou films, en collaboration avec des acteurs médiatiques plus traditionnels, comme Marvel. Et envisage assez logiquement la production d'anime. 

 

Reed Hastings, PDG de Netflix

 

 

Interrogé par le New York Times, Reed Hastings, PDG de Netflix, a assuré qu'il espérait que Netflix « produirait un anime de qualité » : la société dépensera 5 milliards $, excusez du peu, pour la production d'œuvres, en 2016. Autrement dit, le financement de la création semble bien pris en charge par ces nouveaux acteurs aux modèles « disruptifs ».

 

Si Bollywood intéresse vivement Netflix, l'anime est aussi un marché prometteur : face à CrunchyRoll, qui reste un des grands noms du secteur, Netflix a commencé la diffusion des anime Knights of Sidonia, Ajin ou encore Seven Deadly Sins. 

 

Du côté de la production, Netflix a prouvé la réussite d'un modèle de coproduction avec Marvel, qui lui a confié le développement d'une bonne partie de son univers étendu, Daredevil en tête. Tous les personnages de l'équipe des Defenders seront d'ailleurs présentés au public à travers une série Netflix : « Je pense qu'il y aura une nouvelle série ou une nouvelle saison consacrée aux Defenders tous les six mois, dans l'idéal », expliquait ainsi Ted Sarandos, directeur des contenus chez Netflix.

 

5 milliards ne seront pas de trop, effectivement...

 

 

(via The Verge)