Orange conserve sa marque Mobilix, Astérix et Obélix déboutés

Clément Solym - 19.12.2008

Manga/BD/comics - Univers BD - Astérix - Obélix - Orange


Les éditions Albert René ont ainsi été renvoyées dans leurs pénates dans l'affaire qui les opposait à l'opérateur Orange depuis 2005. Dans cette histoire, une sombre contestation de nom : Orange dépose en effet Mobilix en 1997 que les éditions trouvent beaucoup trop proche du prénom du célèbre porteur de menhir, Obélix. Mobilix devait couvrir une gamme de produits qui enrichirait le catalogue d'Orange, mais du côté des irréductibles, on ne l'entendait pas ainsi.

Rendez-vous en 2005 devant les tribunaux, mais la demande formulée alors d'annulation de la marque est rejetée par le tribunal de première instance. Il considérait en effet que le "ix", n'était pas propriété exclusive de l'éditeur, qui ne se l'approprierait pas de la sorte.

Hier c'est la cour de justice des Communautés européennes qui a mis un terme à cette procédure judiciaire en déboutant définitivement les éditions Albert René. Le risque de confusion entre le gros qui n'est en fait qu'enveloppé et la marque d'Orange n'existe pas ailleurs que dans la tête de l'éditeur. Mobilix « peut être facilement perçu comme faisant référence à quelque chose de mobile ou à la mobilité » a conclu le tribunal. Et d'un autre côté, Obélix « sera aisément identifié par le public au personnage corpulent de la série de bandes dessinées, largement connu dans l'ensemble de l'Union européenne ».

Alors qu'Hachette s'est emparé des éditions en grande partie, l'acquisition commence donc sur une défaite judiciaire.