Star des ventes en 2018, la bande dessinée a représenté 510 millions €

Nicolas Gary - 20.01.2019

Manga/BD/comics - Univers BD - ventes bande dessinée - 2018 BD ventes - croissance ventes BD


L’imminente approche du festival de la BD à Angoulême porte l’attention de chacun sur le 9e art et son monde de bulles. L’occasion de sortir les bilans de 2018 sur les ventes réalisées, et le dynamisme affiché du secteur. Résultats qui ne doivent pas faire oublier certaines réalités dans le quotidien des scénaristes et dessinateurs.

Glénat - Salon du Livre de Paris 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


L’Observatoire de la librairie avait déjà donné le ton : avec 6,3 % de croissance pour la bande dessinée, 8 % pour la BD jeunesse et 11,1 % pour le manga, le 9e art se porte bien chez les indépendants. Les 20 meilleures ventes sont d’ailleurs assez significatives d’une diversité autant que d’un classicisme dans les goûts des lecteurs.

Dans les 10 meilleures ventes de BD, on retrouvait la star Riad Sattouf, Marion Montaigne ainsi que le fantastique album d’Emil Ferris, traduit par Jean-Chales Khalifa, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres. Le classement des 20 meilleures ventes en librairie, catégorie BD, est à retrouver en fin d’article. (NB : L’observatoire dispose des remontées de vente de 200 établissements de toutes tailles)
 
L’institut GfK profite également de l’occasion fournie par le FIBD d’Angoulême pour brosser un tableau plus distinct du secteur. Selon les données, 44 millions d’exemplaires ont été vendus en 2018, soit 2,5 % de plus qu’en 2017, pour un chiffre d’affaires de 510 millions €. Et ce, en l’absence du catalyseur de ventes, Astérix. Ce serait par ailleurs le plus haut niveau de vente depuis 15 ans. (données collectées depuis 5000 points de vente)
 

L'effet Fauve, une garantie


Angoulême, ce sera la remise du Fauve d’Or — et à l’image de prestigieux prix littéraire d’automne, ce dernier exerce un effet « indéniable » sur les ventes, assure Sandrine Vigroux, directrice de l’expertise GfK. « Nous observons des impacts sur les ventes allant de +60 % pour un auteur déjà établi comme Riad Sattouf en 2015, avec L’Arabe du futur, jusqu’à multiplié par 3 pour La Saga de Grimr et même par 16 pour le lauréat 2017 Paysage après la bataille. »

À l’image de ce que les librairies recensées par L’Observatoire font ressortir, le manga a fortement contribué au développement du marché, avec 11 % de croissance en 2018. « Les Français sont de plus en plus fans du genre, quel que soit le type de manga. Le renouvellement des séries se poursuit en 2018 et certaines se sont déjà bien installées. Le segment représente plus de 1 vente de BD sur 3 en France en 2018 ! De plus, nous observons des progressions importantes côté Seinen, Shojo, ainsi que le Shonen à plus de 15 % cette année », relève Paul-Antoine Jeanton, expert livre.

Côté BD de genres (31 % du marché), la Fiction contemporaine et la non-fiction sont très dynamiques. La BD Jeunesse est, elle, en retrait de -5 %, mais en positif de +15 % hors impact des titres patrimoniaux. Enfin, le Comics affiche un marché également positif en 2018, avec un segment Super-Héros à +8 %.

 
Chose intéressante : l’été profite aux bulles. Les ventes sont plus importantes durant la période, avec 13 % de mieux, portée par la BD jeunesse (+22 %), les Mangas (+13 %) et les Comics (+44 %). Le mois de décembre est, en revanche, toujours le pic de vente du marché, et affiche un bilan en hausse de +5 % en 2018.
 
Côté Top, les amateurs de BD ont plébiscité Lucky Luke – Un cow-boy à Paris (Lucky Comics) à plus de 315 000 ex. et Blake et Mortimer, 12e : La vallée des immortels (Blake et Mortimer) à plus de 280 000 ex. Ensuite, se positionnent des séries plus récentes, comme L’Arabe du futur, volume 4, de Riad Sattouf (>215 000 ex. – Allary éditions), Les vieux fourneaux, volume 5, de Cauuet et Lupano (>150 000 ex. - Dargaud). Leurs premiers tomes sont aussi présents dans le top, signe d’un lectorat encore en train de se constituer.

Toutes ces données ne doivent toutefois pas masquer la réalité sociale des auteurs : les réformes fiscales déclarées par le gouvernement vont en effet avoir des conséquences lourdes pour ces derniers. Et pas seulement dans le domaine de la bande dessinée cela dit. Joann Sfar l'expliquait d'ailleurs assez clairement : « On ne pourra bientôt plus vivre en publiant des livres. »

Les 20 meilleures ventes recensées par L'Observatoire


Meilleures ventes, classement GfK 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.