Succube, tome 2 : trop, c'est trop

Clément Solym - 12.07.2011

Manga/BD/comics - Univers BD - succube - gore - renart


En janvier dernier sortait la première partie du diptyque, Succube, de Renart, dont nous n'avions pas tari d'éloges. Sombre, lourd d'une ambiance bien amenée, et particulièrement prometteur, l'avis était unanime : on aime. (notre chronique)

Ben faut le savoir : on est toujours déçus par ceux que l'on aime...

Le tome 2, signant la fin des aventures de Diane, sorte de monstres sanguinaires, puisant ses origines dans le mythe de la succube, est sorti voilà quelque temps.

Et à ce titre, première réflexion, le masculin de succube, ce n'est pas un succube, mais un incube. Trouver ce genre de boulette en plein milieu du titre, c'est assez lourd.

Lourd, et révélateur.

Pourtant, le déroulé était plus que plaisant, et le second opus s'ouvre sur la dépression et les cauchemars de notre petit enquêteur free-lance, prolongeant agréablement la fin du tome 1. Lorenzo est en proie au démon, qui ne va pas tarder, à défaut de dévorer son corps, de s'emparer de son âme.

Si le dessin reste fidèle à lui-même, et toujours aussi plaisant, le scénario souffre gravement d'un minimum syndical requis. Et nous fait plonger dans le film gore, bêtement et méchamment gore, avec un final des plus prévisibles, qui perd toute l'originalité de ce qui avait été mis en place.


Ajoutons que les dialogues manquent de finitions, alors qu'ils auraient vraiment gagné à être plus travaillés... Dommage, trois fois dommage, mais surtout un trop de tout, et pas assez de finesse. Pour ce monde de brutes...

Reste alors la patte de Renart, évidemment. Mais pour le seul plaisir des yeux, c'est un peu trop.