Tintin et les sept boules de cristal : un album inédit

Clément Solym - 15.12.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - les sept boules de cristal - Tintin et Milou - album inédit


Tintin est revenu, emportant avec lui, sept boules de cristal, et une histoire insolite. Dans son édition du 14 décembre, Le Soir, raconte comment le célèbre album, tel qu'on le connaît aujourd'hui, comptait en fait quelques cases de plus, réalisées en pleine Seconde Guerre mondiale, pour divertir les enfants d'un monde de brutes.

 


Le Soir, édition du 14 décembre

crédit ActuaLitté

 

 

Hergé avait en effet accepté de collaborer à une nouvelle publication, suite à la mort du journal Le Vingtième Siècle. C'était alors le supplément jeunesse qu'avait proposé Le Soir, jusqu'en juin 40.  Après onze années en tant que reporter, Tintin aurait raccroché ? Du tout. Avec d'anciens journalistes du Vingtième, Hergé reprend les planches et dans un Soir augmenté - tirage à plus de 300.000 exemplaires - voilà que TIntin renoue avec la presse. 

 

Hergé est rédacteur en chef, et débute en octobre 40 Le crabe aux pinces d'or. D'autres viendront, comme L'étoile mystérieuse, en pleine Occupation. On se souviendra que le financier du titre, l'Américain Blumenstein, causera quelques torts au dessinateur. C'est de ce personnage que viendront certaines des accusations d'antisémitisme porté contre le dessinateur. 

 

Puis, le 2 décembre 1943, à la Une du Soir, Tintin et Milou annoncent de nouvelles aventures : ce sera le début des 7 boules de cristal, qui commencent le 16, avec un premier strip. Et c'est un tout nouvel album qu'aujourd'hui propose Moulinsart, intégrant deux séries de huit cases, qui furent ignorées dans la version jusqu'à lors commercialisée. 

 

Dans ce nouvel album, on retrouvera alors l'intégralité des planches parues dans Le Soir volé, entre 1943 et 1944, le tout sous le regard de Philippe Goddin, spécialiste de Tintin. Une véritable archéologie commence, avec d'autres détails que Hergé décidera de supprimer, comme des médailles portant des signes incas, non loin des victimes de Rascar Capac. 

 

C'est également un contexte historique essentiel qui replace cette oeuvre dans les années de guerre, multipliant les explications essentielles et les interprétations sur les parallèles établis par Hergé entre la situation contemporaine, la présence nazie, la collaboration, et les espoirs de voir tomber le régime d'Hitler. 

 

La victoire n'interviendra que plusieurs longues semaines après la parution du dernier strip. Leur publication fut arrêtée en même temps que celle du journal, Le Soir volé, le 2 septembre 44, lors de la Libération de Bruxelles. Hergé ne manquera pas de la célébrer, en compagnie d'un certain Edgar P. Jacobs... le créateur futur de Blake et Mortimer, alors en poste comme assistant. 

 

Les rapprochements entre l'histoire du pays et ces fameuses boules de cristal restent pour le moins troublants...