Trondheim : un festival d'Angoulême pas non plus satisfait du festival d'Angoulême

Clément Solym - 12.03.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Festival de la BD - Angouleme - Lewis Trondheim


Angoulême, Angoulême, Angoulême, morne plaine... Victor Hugo n'aura pas eu le temps d'écrire ce vers - presque pas bancal - sur la grande manifestation qui chaque année occupe l'esprit des éditeurs BD et de leurs auteurs. Angoulême, et son Festival international, c'est la réunion obligatoire. Et peut-être un peu trop.

 

Le Comptoir de la BD a ainsi proposé à Lewis Trondheim de signer un billet, pour évoquer la manifestation, et les contradictions, les tensions, bref, tout ce que, chaque année, cristallise le FIBD. Conclusion : « Et le festival d'Angoulême n'est pas non plus satisfait du festival d'Angoulême. »

 

C'est que le Festival fait râler, et la profession autant que les instances publiques, qui n'y trouvent pas forcément leur compte. D'autant plus, souligne Trondheim :

 

« Les prix sont parasités par des sous-prix pour faire plaisir aux sponsors. Nous avons maintenant le prix SNCF Polar. Pourquoi pas western, ou Science-Fiction ?

A-t-on vu à Cannes un prix l'Oréal, Renault ou Electrolux ?

Et il y a le prix Fnac. Malheur à l'album qui aura ce prix, car il ne pourra plus concourir dans la course au prix du meilleur album !!!!

Il y a le prix jeunesse attribué par un jury de jeunes lecteurs.

Pourquoi ? Le prix polar est-il attribué par des forces de l'ordre, des policiers, des gendarmes, des inspecteurs ? »

 

En somme, le FIBD ne fait pas l'unanimité : coûteux, avec des prix qui se chevauchent, des auteurs qui ne sont pas rémunérés, et peinent à se remettre au travail, ou encore des dédicaces qui entraînent un commerce de revente des livres sur des sites d'enchères, une affaire rondement menée. 

 

 

 

Trondheim propose différentes solutions pour arriver à mieux organiser les prix, mais c'est dans l'organisation du Festival lui-même qu'il faudrait piocher les bonnes idées permettant une plus grande souplesse et une meilleure structuration de l'événement. 

 

En voici les propositions. On laissera à chacun le soin de les apprécier.

 

Monter et démonter les bulles coûte une fortune, entre un et deux millions d'euros.

Il existe à Angoulême plein d'infrastructures solides capables d'accueillir les stands de dédicaces. Je suis persuadé que sur le site de Castro, sur celui du Musée, il y aurait déjà de quoi faire.

Arrêt des stands éditeurs à l'ancienne.

Une seule librairie (celle du musée?) s'occupe de tous les auteurs.

Une plateforme commune pour les signatures.

Les auteurs sont invités par le festival et/ou les éditeurs.

L'accès aux dédicaces est gratuit.

Seuls les livres achetés sur place sont marqués d'une pastille et "dédicaçables".

Réfléchir avec les éditeurs à une possibilité de stands "labellisés", uniformes sur lesquels viendraient dédicacer les auteurs maison, avec un maximum de X places. (Tout cela permet de ne plus avoir besoin d'autant de place et donc de se débarrasser des bulles)

De la décroissance intelligente, donc.

Les sponsors n'ont plus de prix. Mais sont clairement sponsors des expositions et/ou concerts, etc.

Le mercredi, les auteurs arrivent et ont le temps de visiter toutes les expositions s'ils le souhaitent.

Et dans un monde idéal, ils pourraient même être rémunérés pour leur travail.

Et encore, je ne parle même pas de faire le festival au mois de juin.

Nous sommes les acteurs de ce tout petit milieu qui a la chance d'être peu médiatisé, mal considéré et de rapporter très peu d'argent. Grâce à tout cela, il y a très peu d'inimitiés et de jalousies. Et nous nous connaissons à peu près tous.

Évidemment, on ne vit pas dans un monde idéal. Mais on peut contribuer à le façonner dans notre environnement proche. Le FIBD, la Cité, la mairie d'Angoulême et le Conseil Général peuvent tout à fait hausser les épaules en ayant vent de ces propositions. Je prends juste le risque d'être ridicule, ou de me faire des ennemis.

Ou bien il y a de la bonne volonté partout et les discussions s'ouvrent. 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.