Un Tintin espagnol censuré pour avoir perverti l'original d'Hergé

Clément Solym - 18.08.2008

Manga/BD/comics - Univers BD - Tintin - hommage - Hergé


Si le reporter n'a jamais, ô grand jamais, eu de vie sexuelle dans les tomes signés d'Hergé, une version espagnole intitulée 'Tintin y el loto rosa' fait du jeune homme un amant vorace et plutôt séducteur dans une version franchement grivoise.

En hommage au centenaire de la naissance du dessinateur et scénariste, Antonio Altarriba revisite 'Le lotus bleu' et affiche des cases qui feraient froncer les sourcils de parents attentifs. « Feraient », car la BD a tout bonnement été retirée des librairies suite aux pressions exercées par les héritiers d'Hergé. Ce titre a purement « perverti l'essence de la personnalité » de Tintin.

Les Edicions de Ponent qui publient ce titre pour 25 €, présentent un héros âgé d'une trentaine d'années, à la place du visage sans âge que l'on connaît. Tintin y connaît une sorte de crise de la trentaine, et ses proches ont tous disparu de son environnement. Évidemment, le capitaine a un sérieux problème avec l'alcool, et Tryphon a été interné dans un service psychiatrique.

Certaines cases montrent même des rapports sexuels entre homme et femme, mais, la morale est sauve, il ne s'agit pas de Tintin. De fait, Altarriba se défend de tout plagiat : « J'ai utilisé de nombreux personnages par le passé dans mes livres et je n'ai jamais eu de problèmes. Mais après cette affaire, je ne pourrai rien faire d'autre sur Tintin. »

Un reporter qui n'a pas fini de faire parler

On se souviendra en effet de cette affaire qui l'an dernier avait opposé Bienvenu Mbutu Mondondo, qui avait intenté un procès aux héritiers concernant l'album 'Tintin au Congo', et accusé de racisme. Le titre publié en 1931 « constitue une insulte à l'égard de tous les Congolais », expliquait Bienvenu.


Alors pour cette affaire nouvelle, bien sûr, la société de Moulinsart qui détient les droits n'est pas complètement à blâmer. Mais censuré un travail controversé sous prétexte qu'il détourne l'image du reporter... On crierait sans peine à l'idolâtrie...

La distribution restera assurée jusqu'à épuisement des stocks indique l'auteur, et il n'y aura pas de réédition.