Une BD bruxelloise anticipait en 2006 les attentats perpétrés le 22 mars dernier

Orianne Vialo - 25.03.2016

Manga/BD/comics - Univers BD - Le ciel au dessus de Bruxelles - bande-dessinée bruxelloise - attentats bruxelles


Le bédéiste Bernar Yslaire ne pouvait voir on ne peut plus juste avec sa BD Le ciel au-dessus de Bruxelles, publiée en 2006. Dans l’ouvrage, il est question d’une jeune kamikaze musulmane, venue se faire exploser en plein cœur de la capitale européenne lors d’une manifestation pacifiste, en mars 2003. À la suite des attentats terroristes perpétrés dans la capitale de la BD le 22 mars dernier, l’histoire racontée par l’auteur est en plein cœur de l’actualité.

 

Photo d'illustration, Niels Mickers, CC BY 2.0

 

 

Il y a tout juste dix ans, Bernar Yslaire anticipait le drame qui s'est produit à Bruxelles ce mardi. Publié en deux tomes aux éditions Futuropolis, Le Ciel au-dessus de Bruxelles, cette histoire avait à la base été reçue avec beaucoup de réticences.

 

« Imagine qu’il n’y ait pas de paradis, pas d’enfer au-dessus de nous, seulement le ciel… » C’est en écoutant la chanson de John Lennon, que Bernar Yslaire imagine la rencontre d’un juif et d’une beurette. Le temps d’une histoire d’amour improbable, le temps d’une guerre réelle. À l’instar de Yoko Ono et John Lennon, manifestant nus pour la paix en pleine guerre du Vietnam, Bernar Yslaire organise le huis-clos violent, cru et amoureux, de la confrontation de deux cultures, de deux religions, de deux vécus différents

 

 

« Je voulais faire une histoire actuelle et positive qui fait chaud au cœur. Une histoire d’amour qui se lise comme une chanson, comme un poème à la ville que j’habite, “Bruxelles, ma Belle”, multiculturelle, tour de Babel... », expliquait Bernard Yslaire, à la sortie du premier tome. 

 

Et 10 ans plus tard, la violence de la réalité

 

Et on peut le comprendre. « Les gens me disaient : pourquoi un attentat à Bruxelles ? C’était complètement irréaliste, mais, moi, je croyais que ça nous pendait au nez. J’ai toujours eu l’impression qu’on dansait sur un volcan. Je suis un vrai Bruxellois et j’ai vu les choses arriver. Le travail des artistes, c’est aussi de sentir les choses… », déclarait-il le lendemain des attentats, au journal Le Devoir. « J’ai voulu me faire provocant avec cette histoire pour forcer à voir ce qui est sans doute à l’origine de ce que nous sommes en train de vivre aujourd’hui. »

 

Cependant, contrairement aux réels attentats, le projet de Fadya, la jeune musulmane dépeinte dans l’histoire de Bernar Yslaire, n’aboutira pas. Elle renoncera à son projet par amour pour Jules, un juif khazar, qui est à la recherche d’un frère dans la capitale belge. 


Aujourd’hui, l’auteur ne sait pas encore si les deux tomes Le Ciel au-dessus de Bruxelles seront réédités, car, selon lui, « il y a des histoires écrites dans le passé qui peuvent devenir obscènes avec le temps. Celle-là peut en faire partie. Si je la réécrivais aujourd’hui, cette histoire serait forcément différente. Tout en démontrant que la haine n’est jamais la bonne solution, elle chercherait à rendre un peu plus lisibles les racines du mal ». 

 

(via Le Devoir)

 

 


Pour approfondir

Editeur : Futuropolis
Genre : bandes dessinees...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782754800051

Le ciel au-dessus de bruxelles t.1

de Yslaire

17 mars 2003, ...[avant] Soixante ans après la Shoah, trois jours avant le début de la guerre en Irak, Jules Engell Stern rencontre Fadya. Il est juif khazar, elle est beur, islamiste. Lui est de passage à Bruxelles, cherche son frère, attend sa sœur. Elle, prépare un attentat suicide au milieu d’une manifestation pacifiste. Jules invite Fadya dans sa chambre, au Hilton, 25e étage avec vue sur le ciel, au-dessus de Bruxelles. Contre toute attente, elle accepte. Imagine...

J'achète ce livre grand format à 13.70 €