Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Une plainte réclamant un million de dollars vise l'auteur Frank Miller

Florent D. - 31.07.2017

Manga/BD/comics - Comics - Batman Frank Miller - plainte contrat violation - Miller personnages comics


Frank Miller, actuellement en cours d’écriture d’un scénario sur les origines de Superman – Superman: Year One – fait l’objet d’une plainte. L’auteur de Sin City est accusé de n’avoir pas rémunéré un ancien associé, qui réclame 1 million $. Une procédure en noir et blanc, avec quelques teintes de rouge...


Frank Miller
Gage Skidmore, CC BY SA 2.0

 

 

L’auteur légendaire ne manque jamais d’égratigner le monde du comics. Cette fois, c’est le revers de médaille. Peu avant que ne démarre la Comic-Con de San Diego, Mark Lichtman a jeté un pavé dans la mare. Durant une trentaine d’années, ce dernier a représenté les intérêts de Miller. Tout ce qui touchait à l’exploitation des œuvres – films, ou projets télévisés – passait entre ses mains.

 

Même si le contrat a été rompu, Lichtman devait percevoir 10 % de tous les gains découlant de ces produits dérivés des publications de Miller. Or, avec des œuvres telles que Sin City, 300 ou The Spirit, l’auteur a perçu plus de 15 millions $ de revenus. Et l’ancien gérant assure que son rôle, dans la carrière de l’écrivain, fut crucial.

 

Entre eux, trente années de lune de miel, suivant les dires de Lichtman, jusqu’à ce que Silenn Thomas n’entre en scène, en 2006. Elle aurait progressivement écarté Lichtman des affaires de Miller, dénigrant son activité, l’accusant de sénilité et d’incompétence. En août 2014, l’avocat de Miller confirme le licenciement de Mark Lichtman. 

 

Pour ce dernier, « Thomas a commencé à exercer une influence sur Miller, y compris dans la réalisation de projets visant à perturber délibérément les relations contractuelles que Miller entretenait avec Lichtman », écrit l’avocat Kenneth Keller dans la plainte déposée ce 19 juillet. 

 

Elle fait état des déclarations diffamatoires de Silenn Thomas à l’encontre de Lichtman, y compris de propos véritablement injurieux. 

 

Le problème de cette succession chaotique est que Mark Lichtman devait percevoir, dans l’année qui suivait son départ, l’ensemble des honoraires dus. Sauf qu’un an après, rien n’aurait été versé. L’action juridique s’est donc imposée : d’un côté, Miller pour violation de contrat, de l’autre Thomas pour ingérence intentionnelle, en vue de tirer un avantage économique potentiel. 

 

D’ailleurs, Lichtman fait état de ce que Frank Miller lui-même se serait étonné de son départ, demandant où son conseiller était passé. De quoi laisser entendre que le licenciement n’était pas de son fait.

 

Cette démarche, entreprise alors que la Comic-Con allait débuter, ne manquait pas d’intérêt : cette période est particulièrement prisée par l’auteur, qui apprécie beaucoup ce contact direct avec les fans. Pour lui rendre la vie impossible, Lichtman ne pouvait donc pas choisir meilleur moment. 

 

Des sources proches de l’auteur affirment même que tout cela était largement planifié pour nuire à Miller – soulignant que la plainte ne repose sur aucun fondement. 
 

Le Batman de Frank Miller et Darren Aronofsky que l'on ne verra jamais


Pas vraiment efficace, si l’on se fie aux multiples déclarations que Miller a pu faire durant la Comic-Con. Ce dernier s’est même enthousiasmé de l’adaptation réalisée par Marvel Studios and Netflix, autour de Daredevil. Depuis quatre ans, cette série est diffusée sur le service de vidéo à la demande. Pourtant, la présence d’Elektra, personnage que Miller avait créé en 1981 et assassiné l’année suivante, avait été source de tensions : sa résurrection en 1994 par l'éditeur Marvel avait dérangé profondément l’auteur. Il avait d’ailleurs demandé de ne pas l’utiliser pour de nouvelles publications... 

 

via Hollywood Reporter

(à paraître le 14/10) Sin City - Omnibus – Miller Frank – Rackham – 9782878272154 – 75 €