Anthologie Misty : fantastique et épouvante à ne pas lire la nuit

Auteur invité - 13.07.2018

Comics - Anthologie Misty comics - revue britannique Misty - adolescentes fantastique épouvante


Voilà une précieuse pépite, un diamant noir que le label Delirium a exhumé au pied de la tour de Londres. Diabolique surprise que de pouvoir lire enfin, pour la première fois en français, Misty, cette série de bandes dessinées parue en Angleterre de 1978 à 1984 et spécialement pensée pour les adolescentes.




 

Misty, dont les tirages hebdomadaires exploseront pour atteindre jusqu’à 180 000 exemplaires. Misty, qui aura donné des frissons à toute une génération de filles... et de garçons ! Il faut dire que l’on doit à Delirium la crème des comics fantastiques, d’épouvante ou de science-fiction, dont les œuvres du grand Richard Corben, primé cette année au Festival d’Angoulême. 
 

Avec Misty, tout au long de la centaine de titres parus, épouvante et suspense ont été menés à leur paroxysme grâce à une combinaison gagnante : les meilleurs scénaristes du genre (Pat Mills, créateur de la saga et père du Judge Dredd, Malcolm Shaw...) associés aux plus grands dessinateurs de l’époque, venus d’Espagne, d’Italie et de Grande-Bretagne. En un mot : culte ! 
 

Les histoires que dévoile Delirium dans cette anthologie offrent un bel exemple de la diversité des formats et des styles adoptés par Misty et de l’ambition dont ont fait preuve la plupart de ses créateurs. Dans Moonchild, Rosemary Black possède un don symbolisé par une marque en forme de lune sur son front. Et si sa grand-mère, qui possède les mêmes pouvoirs, lui interdit d’en faire usage, il va être très difficile pour Rosemary de résister face à des camarades de classe pleines de mauvaises intentions... 
 

Les Quatre Visages d’Eve nous transporte dans une histoire glaçante d’expérimentation transhumaniste.
Deux histoires beaucoup plus courtes, Roots et L’Ombre d’un doute, nous donnent deux magnifiques aperçus de la contribution de deux dessinateurs espagnols, Maria Barrera Castell et Juan Ariza. 

<

>


 

La dernière histoire, Les Sentinelles, est sans doute la plus complexe et la plus effrayante. Un quartier populaire de Londres, Birdwood, est surplombé par deux tours d’habitation situées côte à côte et semblant en tous points identiques. L’une d’elles a la réputation d’être hantée et mène droit à un monde parallèle, uchronie sordide où l’Angleterre, vaincue, vit sous le joug nazi. 
 

Il n’est jamais trop tard pour retrouver ses peurs adolescentes : quarante ans après, le public français peut enfin se plonger dans les terrifiantes aventures de jeunes héroïnes en proie à de redoutables et mystérieux ennemis et des situations surnaturelles délirantes d’imagination. Merci, Delirium, pour tous ces délicieux cauchemars qui s’annoncent. 
 

Par Sophie Garroya,
La Nouvelle Librairie sétoise (Sète)
en partenariat avec le réseau Initiales

 



Pat Mills, Malcom Shaw, Juan Ariza, John Armstrong Collectif  ; trad. Jean-Paul Jennequin & François Peneaud – Misty Anthologie – Label Delirium – 9791090916371 – 24 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.