Aline Jeannet : “Je fais partie de ces lecteurs qui râlent pour tout”

Nicolas Gary - 03.10.2018

Interview - Aline Jeannet auteure - écriture promotion auteurs - parcours professionnel auteurs


« Ma maman m’a légué ma sympathie pour la SF. À Bruxelles, j’ai attrapé un goût éclectique pour la BD. » Aline Jeannet compte parmi les auteurs qui prennent part au programme de la Fondation pour l’Écrit, mené en partenariat avec ActuaLitté, De l’écriture à la promotion

 

Au cours des prochains mois, nous accompagnerons les auteurs dans leur découverte, offrant un espace de libre expression. 

 


 

 

ActuaLitté : Que représente l’écriture pour vous, à ce jour ?

 

Aline Jeannet : Des lignes tracées à 7 h du matin dans un Interregio sur un écran 5 pouces. Des notes que je n’arrive pas à relire. Des graphes. Des idées de génie nulles. Des sagas en dix volumes. Des poèmes de deux lignes. Des podcasts audio pour la doc. Vingt-cinq synopsis pour une histoire. Des « on est en focalisation interne là ? » Des Centre national de recherches textuelles et lexicales.

Des « ça tient pas debout ton truc, en plus ça fait télénovela brésilienne ». Des « ça marche comment un accélérateur de particules ? » Des recherches sur les armes à feu. Des sauvegardes. Des « j’adore faire les méchants ». Des playlists. Des « faut-il donner de la cohérence à ce foutoir ? » Du plaisir.

 

Quels auteur-e-s vous ont construit, qu’ils/elles soient sources d’inspiration ou de rejet ?

 

Aline Jeannet : Plutôt que des auteurs, trois livres.

 

Dans les quinze ans. Bibliothèque de la Cité à Genève. Pas d’idée. Une tranche rouge me fait de l’œil. Couverture : la planche anatomique d’une tête ouverte. Ajar Pseudo. Je ne sais pas encore qui se cache derrière Émile Ajar et au fond ce n’est pas important. À l’époque, je suis hypnotisée par les Surréalistes chez qui la folie se projette. Au-delà, dans Pseudo, la folie c’est la trame et la substance. La folie dans la forme. La folie est partout, si implacablement partout. Elle est le livre. Le désespoir acéré de Pseudo, si drôle, bizarrement, si désespérément drôle. Une poésie de la folie.

 

Début trentaine. Je cherche sur internet une illustration pour un poème. Je tombe sur une série de dessins en noir et blanc qui encrent une dévastation absolue. Un désert, une pyramide, des palais abandonnés, une cage dans une plaine, des tableaux, des vitres brisées, des appareils électriques, la jungle, des vêtements souillés, des câbles... Je me dis c’est quoi ce truc. Ce truc, c’est La Cage de Martin Vaughn-James. Le livre est un monstre-labyrinthe. Le récit, explosé, n’en est pas un. Et pourtant, quelle tension. Pas de figure humaine. Le mouvement, le cri, figés, suffisent. Le texte dactylographié souligne l’expression des dessins comme un long poème glacé. Encore un poème.

 

Un peu plus tard. Un ami me dit « Toi qu’aimes la SF, tu devrais lire ça ». J’oublie. Quelques mois plus tard, il m’en reparle. Je me décide. Outrage et rébellion de Catherine Dufour. Je lis de la SF depuis l’enfance. Je fais partie de ces lecteurs qui râlent pour tout. Mais Catherine, elle dit « Ta gueule et prends ça dans ta tête. » Des adolescents. De la drogue. Du sexe. De la violence. De la musique. Une routine monstrueuse. Le bon vieux bad trip. Sauf qu’il est éblouissant, le bad trip. Je me retrouve la tête plongée dans le bain révélateur, surpuissant, d’un système abject et bien huilé. Tout ça fixé par une écriture insensée, un halo poétique intraitable. Toujours la poésie.

 

Qu’attendez-vous de ce programme d’accompagnement et de soutien qu’offre la Fondation pour l’Écrit ?

 

Aline Jeannet : Après la publication, en 2009, d’un court roman par ELP éditeur, maison numérique québécoise, ça n’a pas loupé, j’ai eu envie de continuer. Des structures en construction : poèmes, nouvelles, assemblages. Le petit dernier connaît une vie partielle. L’un de ses organes, sélectionné pour Prix de l’Ailleurs, est publié par Hélice Hélas. Il y a aussi ce recueil de poésie à paraître chez ELP éditeur. Faire connaître et diffuser ses projets : circulation.

 

Célébrer la science-fiction en Suisse romande
 

Quoi d’autre ? Partager autour des formes textuelles et du travail de construction des ensembles à partir de textes hybrides, de formats multiples, de disciplines étrangères : chantier.

 

Et quoi, encore ? Apprivoiser les évolutions actuelles dans le domaine du droit d’auteur. Entendre la position des éditeurs à ce sujet, mais aussi sur les multiples formats d’édition : codes.



Retrouver l'ensemble de notre dossier De l'écriture à la promotion, les auteurs se professionnalisent

 




Commentaires

Houlà... Je ne veux pas médire, mais si elle écrit ses livres comme elle répond à l'interview... Phrases nominales, trois mots par proposition, un point tous les vingt caractères... Ça doit être très vite très fatiguant...

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.