Christine Albanel : Les mentalités évoluent face au numérique

Clément Solym - 03.06.2010

Interview - numerique - labo - bnf


Présente pour l'inauguration du Labo BnF, au titre de partenaire (France Telecom, et en l'occurrence ici, Orange, dont elle gère la communication), Christine Albanel marque une pause entre deux petits fours avec nous, pour évoquer quelques points du livre numérique. Et le lieu s'y prête largement...


ActuaLitté :
Vous avez évoqué l'iPad dans votre discours d'inauguration du Labo, suggérant que la lecture de livres pourrait ne pas être l'utilisation première de cette tablette. Qu'en pensez-vous personnellement ?

Bruno racine et Christine Albanel
Christine Albanel :
(sourires) Alors, oui, je l'ai essayé... Je n'en ai pas. On me l'a glissé dans les mains. Je dois reconnaître que j'aime bien cet objet. La presse place de grands espoirs dans l'iPad et du coup, en assure une promotion extraordinaire. C'est une position assez paradoxale, mais compréhensible. Maintenant, c'est un outil très pratique, qui ressemble fortement à l'iPhone : ça va très vite, c'est très facile à manipuler, mais ça pèse tout de même son poids.

C'est 700 grammes tout de même, un iPad, c'est assez lourd. Je ne sais pas si, de ce fait, on pour s'en servir couramment pour le livre, partir avec sa bibliothèque numérique comme ça, c'est tout de même assez encombrant.

ActuaLitté : Concernant l'audition que vous aviez ce matin [NdR : hier, devant l'Assemblée nationale], comment cela s'est-il déroulé ? Nicolas Georges estime que vous avez réalisé une synthèse globale de l'ensemble des rapports réalisés sur le livre numérique jusqu'à lors, qu'en pensez-vous ?

Christine Albanel :
Pour cela, je me suis placée du côté des pouvoirs publics, en me demandant 'Qu'est-ce qu'on peut faire ? Qu'est-ce qui peut être fait pour favoriser l'émergence du livre numérique ?' Et cela, tout en protégeant au maximum les acteurs de cette chaîne.

Je pense qu'il y a une volonté globale d'arriver à trouver des solutions rapidement, sur les questions du prix unique, de la TVA et de différents sujets. Et de la part de l'Assemblée nationale, de saisir l'ensemble des enjeux qui tournent autour de ces questions.

Et je me réjouis vraiment de qu'elles soient prises très au sérieux.

ActuaLitté :
Nous nous étions rencontrés en septembre 2009 à la bibliothèque de l'Arsenal. Vous aviez alors pointé du doigt l'attitude ayattolesque contre Google. Qu'en est-il aujourd'hui, presque un an plus tard ?

Christine Albanel : Les mentalités évoluent, c'est certain. [NdR : en même temps, la présentation du Labo BnF, avec Bruno Racine, plutôt partisan, qui plaidait pour l'« alliance exigeante », avec la firme californienne]. Nous sommes aujourd'hui plus dans l'optique de trouver des coopérations, avec Google, ou d'autres acteurs. D'ailleurs, Google lui-même évolue. [NdR : là encore, pas forcément, sans une réticence passive]

La firme a bien vu que tous les contentieux qui avaient cours, vis-à-vis des éditeurs, nécessitaient des accords et des compromis. Alors, oui, forcément, les acteurs évoluent. Après, il ne faut pas se voiler la face : il manque des choses. Mais le monde du livre est tel qu'il peut permettre d'arriver à créer de nouveaux équilibres, notamment avec l'arrivée par exemple d'Apple. Les conditions proposées par Apple sont beaucoup plus acceptables pour les ayants droit, contrairement à Amazon.

Les mêmes
ActuaLitté :
Que penser cependant de la problématique que posent ces environnements clos ? Un milieu Apple, un milieu Amazon, dont on ne peut pas sortir... il semble que Google soit le seul à proposer une solution ouverte à tous...

Christine Albanel :
C'est pour ces raisons qu'il est très important que le HUB interprofessionnel soit mis en place, autant que des mises en commun de métadonnées, dans tel ou tel endroit, mettons, un entrepôt numérique. Cela peut passer par différentes tablettes : évidemment, Orange réfléchit à tout cela.

Mais personnellement, j'aimerais surtout que les libraires soient inclus dans cette boucle, qu'ils en soient acteurs à part entière. Et que l'on puisse aller télécharger directement son livre numérique sur une borne, dans une librairie. Que le numérique prenne une part intégrale à leur vie. Et puis, pour nous, c'est aussi un acte citoyen.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.