Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

En République démocratique du Congo, l'État “ne protège pas les libraires”

Nicolas Gary - 04.09.2017

Interview - République démocratique Congo - librairie indépendante Congo - Désiré Kabake


L’histoire de la librairie remonte à 1996 : à l'époque, Désiré Kabake se décidait à créer un rayon « Librairie » dans sa bibliothèque privée (Sim public library) ouverte au public dans la ville de Bukavu en province du Sud-Kivu. Il visait, à travers ce projet, plusieurs objectifs : autofinancer la bibliothèque, mais surtout désenclaver notre province en matière de livre, car il n’était ni facile, ni possible d’accéder aux ouvrages utiles en temps opportun.



 
 

ActuaLitté : Quelle est l’histoire de votre librairie, comment l’avez-vous créée ?
 

Désiré Kabake : En 2000, la librairie Livres pour les Grands Lacs cesse d’être une activité au sein de la bibliothèque et devient une librairie autonome. Actuellement, à son siège à Bukavu, la librairie fonctionne dans ses propres installations couvrant un espace de 290 mètres carrés en magasin en plus des bureaux et entrepôts et des deux antennes dans la capitale Kinshasa.

 

Quelles sont les spécificités historiques du marché du livre en RDC ?


Désiré Kabake : En RDC, le marché du livre était l’apanage de SAMAFOS (service d’approvisionnement en manuels et fournitures scolaires) devenu plus tard Renapi (Régie nationale d’approvisionnement et d’imprimerie). Faute de financement, les initiatives privées se sont développées en réaction au désengagement de l’État. Il existe en outre des structures religieuses qui éditent et diffusent des livres tels que le CRP (Centre de recherche pédagogique), CEDI (Centre de l’édition et de diffusion), Paulines…
 

La chaîne du livre n’est pas réglementée et le livre est perçu comme source de financement pour l’administration, car étant taxé comme marchandise ordinaire.
 

Avec la participation régulière à la Caravane du livre et de la lecture, le besoin en livres se crée et se fait sentir. Les équipes de la librairie se déploient sur tous les terrains en défricheur, en pionnier, en militant pour faire parvenir les livres à leurs compatriotes en dépit de l’état des routes difficilement accessibles, du coût du transport intérieur, extrêmement élevé, de l’insécurité, des guerres…
 

À ce jour, à quelles problématiques faites-vous face ?
 

Désiré Kabake : D’après le tableau dressé par la centrale de l’Édition sur les statistiques de l’exportation des livres français en Afrique, un quart a été consommé en RDC durant les quatre dernières années consécutives (tu es sur de cela tu vx dire que les 4 dernières années ont été bonnes en terme d’exportation). Les commandes sont passées au mépris de la chaîne du livre. Les diffuseurs (ce sont des diffuseurs ou des distributeurs ou des grossistes) censés faire respecter cette chaîne raflent tous les marchés avec comme arguments le fait que la loi Lang ne s’applique pas en dehors du continent européen et que notre État ne nous protège pas !
 

Par ailleurs, le contexte global complexifie ce paysage : les missions diplomatiques font leurs approvisionnements via des structures étrangères sans se soucier du libraire local, les bibliothèques, institutions universitaires, chercheurs et étudiants ne reçoivent aucune subvention, le faible revenu moyen des habitants est fragilisé par les crises politiques. Par ailleurs, la majorité des manuels scolaires du niveau primaire est distribuée gratuitement par l’État.
 

Comment établissez-vous votre sélection d’ouvrages mis en avant ?


Désiré Kabake : En librairie, les rayons reflètent souvent l’état d’esprit qui anime son directeur. Notre premier cheval de bataille est l’écoute du client pour savoir identifier son besoin. Ensuite, nous menons des enquêtes, des études pour déterminer les besoins. Ce faisant, avec l’offre éditoriale, nous faisons une bonne sélection que nous présentons au public. Les produits phares, c’est-à-dire, ayant fait objets de plusieurs demandes, sont mis en avant.
 

Quelles sont vos relations avec les distributeurs ?


Désiré Kabake : En général, nos relations avec les distributeurs sont bonnes. La particularité chez nous est que le délai de remboursement expire souvent avant même que nous n’ayons réceptionné la marchandise étant donné notre localisation géographique. Une fois le retard encaissé, la réaction de certains distributeurs n’est pas bonne !

Ils s’alarment de manière à saper notre réputation. Nous sommes des responsables engagés qui peuvent parfois se heurter à des difficultés.




Désiré Kabake


 

Nous aimerions jouir de bonnes conditions de retours adaptées à notre situation géographique pour bien gérer notre librairie.

 

Que vous apporte le réseau AILF ? 
 

Désiré Kabake : L’apport de l’AILF est très important pour notre librairie. L’AILF nous a permis, grâce aux échanges, aux formations, aux diverses rencontres, d’élargir nos objectifs, d’élargir notre vision et d’améliorer nos conditions de travail.

 

Quel regard portez-vous sur l’industrie du livre ?
 

Désiré Kabake : Tant qu’il y aura besoin de former, d’éduquer et d’enseigner, il nous faudra toujours des livres ! Particulièrement le livre sous son format traditionnel, car il présente beaucoup d’avantages. Comme le souligne le sage roi Salomon dans la bible en Ecclesiaste 12 : 11, la présence de livres montre qu’il n’y aura pas de fin. 

 

Cette année, vous venez d’ouvrir un site de vente en ligne. Était-ce une étape importante pour le développement de votre librairie ? Qu’en attendez-vous dans un pays aussi étendu que la RDC ? 
 

Désiré Kabake : Rien n’échappe aux nouvelles technologies de l’information à l’heure actuelle. Notre mission de désenclaver la région des Grands lacs africains en général et toute la RDC en particulier en matière de livre pourrait être multipliée grâce à l’information disponible sur le site internet. 
 

Pour bien jouer ce rôle, nous puiserons dans la base de données Electre pour permettre à tout un chacun de faire une recherche bibliographique précise. Charge à nous ensuite de trouver le livre voulu à temps voulu et au meilleur prix !
 

Le site a pour mission secondaire de jouer le rôle de portail de toute la production éditoriale nationale qui reste en majorité méconnue et non diffusée à l’échelle internationale, voire nationale.

 

Avec notre projet à court terme d’ouvrir 3 nouvelles librairies en RDC, nous sommes certains que notre pays sera irrigué et notre slogan Livres pour les Grands Lacs « meilleurs livres aux meilleurs prix » sera plus concret et chanté par l’élite congolaise. 
 

En partenariat avec l'AILF


Retrouver toute l’actualité de la librairie francophone dans le monde