Le prix des BD digitales “constitue la meilleure contre-attaque” au piratage (Coralie Piton, Fnac)

Antoine Oury - 08.02.2016

Interview - Coralie Piton Fnac - Fnac lecture numérique - Fnac iznéo bande dessinée


La Fnac a mis fin aux rumeurs en prenant, en début d'année, une participation dans la boutique de bandes dessinées numérique iznéo, aux côtés des éditeurs Ankama, Bamboo, Bayard, Casterman, Dargaud, Dupuis, Gallimard, Jungle et Le Lombard. Coralie Piton, directrice de la stratégie et directrice du livre chez Fnac, a accepté de nous en dire un peu plus sur l'avenir de la lecture numérique au sein de l'enseigne culturelle. Entretien réalisé avec BDzmag.

 

Readers Kobo à la Fnac

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Pourquoi avoir investi dans iznéo alors que le catalogue proposé était déjà disponible à la Fnac ?

Fnac n’a pas investi dans un catalogue, mais dans une société qui propose une solution de lecture adaptée à la BD numérique, que ce soit par l’interface (très illustrée, bientôt le case à case) ou les offres (abonnement, streaming…).

 

 

iznéo propose actuellement un abonnement illimité pour 9,90 € par mois : d’autres formules seront-elles proposées ou l’offre se limitera-t-elle à cet abonnement ?

Iznéo propose également tout son catalogue en téléchargement à l’unité et en location à l’unité. D’autres offres pourraient être étudiées par iznéo, en accord avec les éditeurs.

 

 

Fnac utilisera-t-elle la plateforme iznéo auprès des bibliothécaires dans le cadre de marchés publics, ou est-elle strictement réservée aux consommateurs ?

iznéo a déjà mis au point une offre pour les bibliothèques, et qu’elle continuera de développer au travers de ses deux offres : BD Pass et BD Pass 500.

 

 

iznéo continuera-t-il à vendre des BD en 1200 pixels, qui sont presque obsolètes avec la généralisation des tablettes en Haute Résolution ou passera-t-il à la HD comme ComiXology le fait déjà ?

iznéo proposera la HD dans le courant de l’année.

 

 

Le webrip (capture d’écran) est devenu le sport à la mode pour fournir les sites pirates de scans. Envisagez-vous une contre-attaque qui pourrait être le DRM social ?

Des solutions de DRM social sont en cours d’évaluation, mais il faut tout de même rappeler que le prix des BD digitales est très attractif pour tous les publics et constitue la meilleure contre-attaque.

 

 

La lecture sur iznéo se fera-t-elle toujours en streaming ? Ou bien, y aura-t-il un jour une vraie vente de fichiers à lire offline sans DRM ? Craignez-vous un effet dévastateur sur le piratage de vos œuvres en permettant ce type de téléchargement ?

iznéo propose déjà le téléchargement, avec DRM. Nous pensons en effet, avec les éditeurs co-actionnaires, que l’absence de DRM faciliterait le piratage.

 

 

Pensez-vous intégrer une véritable offre de Bande Dessinée numérique native comme le Turbomédia ou Ecran Dessiné, etc. ?

La BD numérique native intéresse iznéo même si la diversité des formats pourrait représenter un obstacle à leur intégration à court terme.

 

 

Darty vend des Kindle, la Fnac est proche de Kobo : quel est l’avenir de l’offre d’appareils de lecture dans les magasins respectifs ? Allez-vous harmoniser les stocks ?

Vous comprendrez qu’à ce stade nous ne soyons pas en mesure de répondre à cette question.

 

 

La proximité entre Kobo et Fnac va-t-elle être maintenue ? On pense notamment aux applications de lecture, la Fnac envisage-t-elle des solutions maison ?

Nous sommes très satisfaits de l’intégralité de l’écosystème de lecture que nous avons bâtis avec Kobo et dans lequel nous avons investi ces dernières années.

 

 

Le prix du livre numérique à l’unité vous semble trop élevé : outre la baisse de la TVA, comment convaincre les éditeurs de revoir leurs tarifs ?

Je rappelle que le livre numérique bénéficie toujours d’un taux de TVA réduit et il est important de conserver ce principe de neutralité fiscale entre le livre papier et le livre numérique. Le sujet du prix du livre numérique fait l’objet de discussions récurrentes entre la Fnac et les éditeurs, notamment à l’occasion de la parution des versions poches des titres concernés.

 

 

La perspective d’un club de lecture, éloigné de la perspective « fourre-tout » de l’abonnement illimité est-elle envisagée par la Fnac ?

Nous réfléchissons en permanence à l’évolution de nos offres. À ce stade, le modèle d’abonnement d’iznéo nous semble être un des futurs modèles prometteurs pour la lecture de la BD numérique.

 

 

L’enseigne annonçait vouloir mettre en avant la prescription, notamment celle de ses libraires, quelle forme cette mise en avant prendra-t-elle ?
Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet cette année.