600 nouvelles applications chaque jour sur l'AppStore

Clément Solym - 25.11.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - apple - applications - appstore


Avec plus de 267.000 applications disponibles sur le Store d'Apple, il est bon de temps à autre de savoir ce que la boutique dédiée de la firme propose. Chose que la société userADgents, société spécialisée dans le marketing mobile, vient de faire dans une étude complète.

Avec un prix moyen de 1,83 € par application, un premier constat s'impose : sachant qu'il existe 40.000 livres numériques actuellement disponibles, il suffirait de 487.000 € pour acheter l'intégralité de l'AppStore.


On compte désormais 55.408 éditeurs, et 65 % d'applications vendues à un tarif inférieur à 1 €. La plus chère d'entre toutes coûte 799,99 €, note le cabinet. Il s'agit en effet de l'application California BarMax, un manuel électronique pour étudiant en droit.

On trouverait également 6,5 % d'applications dédiées uniquement à l'iPad avec une différence de tarif de 56 % par rapport aux autres. Enfin, on trouve 15 % d'applications qui concernent exclusivement livres numériques et jeux. D'autres chiffres pertinents :
  • 8,54 € : Le prix moyen des applications payantes de la catégorie Médecine
  • 62 % : Le pourcentage d'applications gratuites dans la catégorie Actualités (dont l'application ActuaLitté !)
  • 6 % : Le pourcentage d'applications adulte (+17)
  • 4,8 : Le nombre d'applications par développeur
  • 600 : Le nombre de nouvelles applications sortant chaque jour en 2010
« La croissance de l'App Store d'Apple s'est encore accélérée ces 6 derniers mois et son succès auprès des marques et des éditeurs ne se dément pas. Ce sont désormais près de 600 applications par jour qui sortent ! », explique Renaud Ménérat, président de userADgents.

D'ailleurs, ajoute-t-il, « Apple reste très, très loin devant ses concurrents, notamment en Europe, même si la résistance s'organise. L'arrivée de l'iPad et de l'iBook a modifié le paysage de l'App Store. Les livres numériques représentent ainsi 15 % de l'offre de l'App Store au même titre que les jeux, mais avec 93 % de l'offre sur un modèle payant. »

On n'oubliera pas qu'Apple garde une main-mise complète sur ce qui se passe dans sa boutique, avec dernièrement la suppression de 5000 applications de Charme, mais fait aussi preuve d'un peu d'ouverture. En effet, en permettant que l'on puisse utiliser d'autres moyens de paiement que iTunes dans les apps, ou avec l'ouverture de jeux concours, note l'étude, la firme de Cupertino laisse une petite marge de négociation.

Le cas iPad

« L'arrivée de l'iPad a encore renforcé l'intérêt des grands médias, notamment de la presse quotidienne pour laquelle l'iPhone représente déjà 10 à 15 % de l'audience digitale. L'iPad, a d'ailleurs réellement modifié la conception des applications. Dans le domaine de la presse, le format utilisé n'est ni celui de l'iPhone, ni celui du Web : il a donné naissance à un modèle hybride proche d'une version papier interactive. Dans le divertissement, on se rapproche davantage de la console de contrôle ou de jeu », analyse Renaud Ménérat.

Et de conclure : « Derrière cela, se dégage également un nouvel usage expliquant la sur-représentation des applications comme les livres numériques, l'enseignement et la productivité, l'actualité et les jeux. »