À Antigua, des taxes pour réparer les tablettes dans les écoles

Bouder Robin - 12.06.2017

Lecture numérique - Usages - programme éducation antigua - éducation numérique - tablettes écoles


Il est beau le monde de demain, mais il est cher. Alors que le ministère de l'Éducation avait lancé en 2013 un programme visant à fournir les écoles de l'île d'Antigua (Antilles) en tablettes, il réclame à présent réparation : les étudiants ne prendraient pas assez soin de ce nouveau matériel.


Max Pixel (Domaine public)

 

Début 2013, les étudiants du secondaire recevaient leurs premières tablettes dans le cadre d'une initiative visant à promouvoir l'e-Éducation sur l'île d'Antigua : une solution qui paraissait économe par rapport au prix des manuels papier. Au lancement de l'opération déjà, des inquiétudes avaient été émises quant au coût du programme, notamment pour garantir la protection du matériel.

 

Winston Williams, ministre de l'Éducation, avait bien déclaré avoir pris en compte les pertes et les dommages qui seraient invariablement causés aux tablettes, mais qu'il comptait dans le projet « plus de points positifs que de points négatifs ». Et effectivement, au départ, tout a semblé bien se dérouler : nommé Projet caribéen de l'année en 2012, le programme a également inspiré le ministère de l'Éducation de l'île de Saint-Vincent.

 

Quant à la question économique, le gouvernement avait rassuré les Antiguais en leur affirmant avoir prévu une assurance en cas de dommages sur les tablettes. Ce qui n'était pas prévu en revanche, c'est le remaniement du projet avec le changement du gouvernement en 2014...

Le programme semble avoir été relayé à ce moment-là au second plan. Et finalement, ce n'est que début mars 2017 qu'il a été relancé ; 6 499 tablettes ont été distribuées aux écoles de l'île.


ISTEX : Une start-up française fournira les chercheurs en ebooks
 

Mais aujourd'hui, les retombées de cette initiative seront certainement plus lourdes que prévu... surtout pour les parents. Si le ministre assure que des tablettes avaient été gardées sous le coude en prévision de problèmes, il affirme aussi que les parents devront payer des taxes en réparation. Pas sûr cependant que ces derniers soient d'accord...

 

Finalement, ce qui devait être une initiative moderne et économe risque bien de s'avérer un piège pour les habitants d'Antigua et le ministère de l'Éducation. Affaire à suivre, mais comme quoi, les manuels papier ont aussi leurs avantages...

Via Antigua Observer, Antigua Newsroom