A quand des Kindle gratuits ?

Xavier S. Thomann - 20.03.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - Kindle - Amazon - Nook


Donner des Kindle sans exiger de somme en retour est une idée que l'on entend çà et là. Ce serait en effet l'un des meilleurs moyens de convertir les lecteurs réticents au livre numérique, sans pour autant entraîner le fabricant de la machine dans un gouffre financier, à condition bien sûr qu'il soit aussi un vendeur de contenu. 

 

 

 

 

Le Kindle se vend bien, qu'il s'agisse ou modèle de bas, ou bien de la tablette Kindle Fire, qui bénéficie d'un prix plus attractif que celui de l'iPad. Les chiffres de vente à Noël et pour l'ensemble de l'année 2012 l'ont bien montré. Pourquoi, dans de telles conditions, offrir la tablette ou le reader gratuitement ? 

 

Une telle offre devrait nettement encourager la vente de contenu, notamment pour les écoles et les autres institutions qui commencent à avoir recours à ce type de technologie. De plus, ce n'est pas tant sur la vente de la machine à proprement parler que sur le contenu qu'Amazon rentabilise l'opération. Une petite dizaine de livres achetés, et vous dépassez le prix d'achat de votre tablette. 

 

D'autre part, soyons honnêtes, que ce soit le Kindle Fire ou le Nook HD, le niveau de la machine n'est pas tout à fait au niveau de l'iPad d'Apple. Pour l'instant, on peut imputer les bons chiffres de vente des outils Amazon et Barnes & Noble à la différence de prix avec l'Ipad. Il est assez évident qu'un iPad beaucoup moins cher ferait beaucoup de mal à la concurrence. 

 

Heureusement pour eux, il n'est pas dans la logique de la firme de Cupertino de brader ses prix. C'est une autre raison pour laquelle Amazon aurait tout à profiter d'un différentiel encore plus important entre sa tablette et celle de feu Steve Jobs. Si le Kindle était gratuit, cela ferait tout de même une différence de 300 ou 400 euros avec l'iPad. À ce moment-là, pourquoi hésiter ? 

 

Et l'on sait qu'une fois converti à l'univers fermé d'Amazon, un client a beaucoup de mal à en sortir, pour le plus grand bonheur des actionnaires de la multinationale de Seattle. 

 

Enfin, la gratuité de la machine permettrait de faire une entrée plus importante sur les marchés émergents et permettrait de répandre la lecture numérique dans les bibliothèques et les écoles. Pour les éditeurs, c'est aussi un pari gagnant, comme l'explique Digital Book World, car chacun aurait une immense bibliothèque à portée de main. Or rien n'est plus facile que d'acheter impulsivement un livre sur Amazon.