Affriolants résultats dans l'App Store pour Apple et les développeurs

Clément Solym - 09.01.2015

Lecture numérique - Applications - App Store Apple - iTunes applications - commercialisation résultats


Motif de réjouissances pour Apple, qui vient de présenter ses résultats en affichant un nouveau record de ventes pour l'App Store. Près d'un demi-milliard de dollars dans les applications, a été réalisé pour le seul jour de l'An, qui marque ainsi un cap historique. Eddy Cue, vice-président logiciel et services internet, exulte, bien entendu.

 

l'application iBooks, arrivée sur Mavericks

 

 

« Nous sommes tellement fiers de la créativité et de l'innovation que les développeurs apportent aux applications créées pour les utilisateurs d'iOS, mais également de ce que la communauté des développeurs a gagné plus de 25 milliards de dollars », assure-t-il. 

 

L'App Store dispose d'un stock de 1,4 million d'applications pour iOS, disponibles à travers 155 pays dans le monde. Sur l'année passée, les facturations d'applis vendues ont augmenté de 50 % en regard de 2013, ce qui se traduit par 15 milliards pour les développeurs, et 4,5 milliards pour Apple. 

 

Face à un Google Play qui souffre toujours autant de la difficulté à commercialiser les contenus pour Android, les résultats d'Apple font toujours largement sourire. En juin dernier, Google indiquait tout de même avoir reversé 5 milliards $ aux développeurs, au cours des 12 derniers mois. Aucune statistique plus récente n'a pour l'heure été communiquée, alors que l'on compte plus de 1,7 million d'applis sur le Google Play.

 

Avec les dernières innovations apportées aux iPhones, notamment, Apple s'attend à une croissance des applis destinées au paiement direct. 

 

Depuis fin décembre 2013, Apple a également modifié ses conditions générales de vente, en introduisant une option de remboursement, pour la musique, les applications ou les livres numériques – bref, tout ce qui est vendu à travers iTunes et consorts. Cette politique tarifaire a été critiquée, mais offre aux consommateurs européens un alignement avec le droit communautaire, plutôt essentiel. 

 

Sauf que cette politique ne s'applique ni aux États-Unis, ni au Canada, où toutes les ventes et locations de produits sont définitives. En juin dernier, le législateur européen a adopté une directive destinée à stimuler les droits des consommateurs dans l'espace européen, en accordant cette nouvelle mesure de 14 jours de rétractation. 

 

Seules les cartes-cadeaux Apple ne peuvent pas être remboursées, une fois le code utilisé. Or, pour nombre de développeurs d'applications, mais également chez les vendeurs de livres, on redoute que ce processus de remboursement ne favorise un modèle caduc. Un client pourrait tout à fait se procurer un ouvrage, le lire et demander son remboursement peu après, tout en respectant le cadre des 14 jours. 

 

Des mesures restrictives sont prévues, chez Apple, mais les inquiétudes restent grandes.