Amazon, E-Ink, Sony et Barnes & Noble accusés de vols de brevets

Antoine Oury - 15.07.2013

Lecture numérique - Législation - Amazon Sony Barnes Noble - Research Frontiers - vol de brevets


Trois revendeurs et un constructeur d'écran E-Ink sont simultanément accusés par une société spécialisée dans la recherche et le développement, Research Frontiers, d'avoir dérobé deux de ses brevets. Ces derniers couvrent des technologies relatives aux dispositifs à encre électronique, et vaudront donc quelques aléas juridiques à Amazon, Sony, Barnes & Noble, ainsi qu'à la société E-Ink.

 


Elbow print

Quinn Dombrowski, CC BY-SA 2.0

 

 

 

Pour le moment, impossible de déterminer dans quelle mesure les brevets ont été utilisés, et même s'ils l'ont été. La plainte de la société Research Frontiers a été déposée ce vendredi 12 juillet, et les brevets concernés détaillés : il s'agit de l'US 5463491 A, qui couvre le film utilisé pour garder l'encre électronique en suspension, et de l'US 6606185 B2, qui protège un procédé plus global qui se rapproche des systèmes actuels. Les deux brevets ont respectivement été déposés en 1995 et 2001.

 

« Une équipe de scientifiques et de collaborateurs a travaillé pendant des décennies pour mettre au point cette technologie et Research Frontiers a investi près de 90 millions $ dans la technologie d'écrans à particules en suspension » rappelle Joseph M. Harary, le PDG de la société. Ces écrans sont utilisés dans la marine, l'aviation, l'architecture ou encore les musées. 

 

Et Research Frontiers sous-entend qu'elle l'est aussi dans les écrans des lecteurs ebook à encre électronique, qui permettent d'éviter les reflets et de profiter d'un meilleur confort de lecture. La technologie s'est répandue chez tous les constructeurs et revendeurs, jusqu'à devenir la norme, sans oublier l'éclairage non agressif. On remarquera à ce titre qu'un acteur majeur, Kobo, n'est pas inclus dans la plainte.

 

Bien entendu, Research Frontiers demande une réparation financière pour le préjudice commis, à savoir une infraction généralisée à mettre au crédit de la gamme des lecteurs ebook des différentes sociétés, et de la propre technologie d'écrans électroniques d'E-Ink, le leader en la matière. Ce dernier d'ailleurs tout juste sorti d'une procédure judiciaire lancée à son encontre par CopyTele (!), pour des accusations similaires. La cour a statué en faveur d'E-Ink, et les poursuites ont été abandonnées.