Applications Kindle : gratuites ? Surtout limitées en bande passante

Clément Solym - 23.01.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - applications - Kindle - gratuites


En apprenant que certaines applications pour le Kindle seraient gratuites, en deçà de la barre de 1 Mo, tout le monde s'est étonné d'une telle générosité - tout à fait relative. En effet, d'une part, l'application sera gratuite si elle reste sous la barre du mégaoctet, mais elle ne doit pas non plus dépasser les 100 ko de transferts mensuels, sans quoi les utilisateurs seront ponctionnés d'une taxe de 0,15 cent/Mo.

Alors, là, oui, soudain, on a besoin d'une explication. Eh bien tout tient dans le réseau sans fil qui sera utilisé pour télécharger l'application. Sous une certaine limite, on reste en 3G, à partir d'un certain poids, pour assurer une réception optimum, on bascule sur du WiFi.


Dans le cas où l'application serait payante, deux solutions s'offrent : l'achat à l'acte, où l'on ne paye que ce que l'on se procure, sous réserve que l'objet ne dépasse pas les 100 ko de transferts dans le mois. L'autre solution, c'est un abonnement au mois, pour lequel les utilisateurs paieront en fonction. (les détails chez Amazon)

Alors, quoi ? Des solutions tout à fait intéressantes, et finalement assez classiques ? Pas vraiment.

Comprenez que 100 ko par mois de transferts, c'est dérisoire. Pour exemple, l'image que nous utilisons pour illustrer ce sujet pèse elle-même 81 ko et que transférer deux sujets de ActuaLitté sur un Kindle, dans le cas d'une application dédiée, vous ferait déjà exploser les débits. Mais on imaginerez sans peine une version de l'app d'où les images auraient disparu.

Dans ce cas, prenons en compte la taille du sujet sans illustrations. Et le fait que nous publions en moyenne une trentaine de sujets par jours. Or, si l'un des sujets dévoile le nouveau lecteur ebook de la mort qui tue, et qu'outre ses caractéristiques, ce sont les imagées dévoilées en exclusivité chez nous qui comptent plus encore, finalement vous perdez la moitié de l'information.

Ou alors, vous téléchargez les images. Et vous payer. Merci Amazon.