Après les faux commentaires positifs, les fausses critiques négatives sur Amazon

Antoine Oury - 11.05.2016

Lecture numérique - Usages - Amazon faux commentaires - Amazon achat critiques - Amazon arnaque commentaires


C'est devenu la plaie d'Amazon : des services ont émergé sur le web pour se procurer de faux commentaires positifs, moyennant finances. Le système est assez simple : après paiement, un utilisateur fictif viendra poster sur la page produit choisie par le payeur un commentaire élogieux, si besoin rédigé par le vendeur du produit lui-même. Un système contre lequel Amazon lutte sans relâche. À présent, il va aussi falloir se préoccuper des commentaires négatifs, tout aussi faux...

 

Danbo The Box Killer

(Richard Elzey, CC BY 2.0)

 

 

L'algorithme d'Amazon repose en partie sur les commentaires et les notes attribués par les acheteurs : un produit mal noté, parce qu'il présente des défauts de fabrication ou ne correspond pas à la description qui en est faite, sera moins présent dans les recommandations aux visiteurs de la plateforme. C'est avec ces données, exploitées par son algorithme, qu'Amazon peut se targuer de vendre les meilleurs produits.

 

Alors, forcément, lorsqu'un petit malin se propose de poster des commentaires frauduleux, ne correspondant pas à un avis de consommateur, Amazon fait grise mine. En octobre dernier, il avait décidé de réagir en portant plainte contre plusieurs sites de vente de commentaires. 1114 utilisateurs de la plateforme Fiverr étaient visés, et la firme réclamait le dévoilement de leur nom pour engager d'autres procédures.

 

« Des commentaires honnêtes et impartiaux font savoir à nos clients qu'ils peuvent acheter en toute confiance sur Amazon. Amazon est très attentif à la qualité de ses commentaires clients », soulignait alors un porte-parole de la firme.

 

Il s'agissait alors d'une des rares plaintes déposées par Amazon dans l'histoire de cette société. De quoi démontrer l'ampleur de cette problématique pour le cybermarchand et tout le sérieux qu'il met à faire respecter cette intervention des clients.

 

Il y a quelques semaines à peine, Amazon récidivait pourtant, prouvant de nouveau combien ces commentaires frauduleux représentent un vrai souci. Cette fois, 5 sites web dédiés à l'achat de commentaires étaient attaqués.

 

Sur Craiglist, célèbre site de petites annonces, l'auteur Nick Mamanas a repéré une annonce destinée à recruter « un profil pour poster un commentaire négatif, d'une étoile, sur une page produit Amazon », en échange de 10 $. Une méthode qui permettrait de facilement dézinguer la page produit d'un concurrent, qu'il s'agisse d'oreiller en plumes, de lunettes de soleil ou de... livres.

 

En effet, les livres sont particulièrement visés par ce type de faux commentaires, positifs ou négatifs. L'outil Fakespot, pour le moment exclusivement disponible pour les versions américaine, britannique, canadienne et australienne d'Amazon, propose une analyse des commentaires d'une page produit pour indiquer leur taux de crédibilité.

 

On se souviendra également que les auteurs profitent allégrement de ces espaces pour s’écharper. Jeremy Duns et Steve Mosby, victimes des attaques directes, avaient ouvertement accusé leur collègue Stephen Leather d’avoir commenté leurs ouvrages avec l’intention de nuire. Des comptes de sock puppets, des marionnettes, se sont régulièrement créés pour mener des attaques souvent sévères, par commentaires interposés.

 

L'auteur américain Roger Stone, qui a publié The Clintons’ War on Women en octobre 2015, affirmait être victime de ce genre de pratiques, adoptées d'après lui par... l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, pour discréditer un livre trop gênant pour eux. « Mon éditeur [Skyhorse] m'a confirmé ceci avec Amazon : toutes les critiques sont postées depuis l'adresse du QG d'Hillary Clinton, à Brooklyn », affirmait ainsi Stone.

 

(via Teleread, Page Six)