Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Avec Linfiny, Sony prolonge l'aventure de l'encre électronique et du epaper

Clément Solym - 07.09.2017

Lecture numérique - Acteurs numériques - Sony encre électronique - ebooks epaper encre - lecture numérique Sony


On sait depuis quelque temps désormais que Sony veut remettre un pied dans le monde de l’encre électronique. L’arrêt de commercialisation de son propre lecteur ebook n’aura marqué qu’une pause, semble-t-il, dans son modèle économique. Mais le Japonais s’aventure cette fois avec un partenaire de taille, E-Ink Holding, l’entreprise taiwanaise.

 

 

Donc Sony n’en a pas fini avec l’encre numérique. Les ebooks, c’est autre chose, mais probablement les prochains produits que sortira l’enseigne n’en seront pas très éloignés. La semaine passée, les deux partenaires dévoilaient en effet le nom de leur joint-venture, Linfiny, pas spécifiquement évocatrice.

L’annonce suit les premières fuites intervenues en avril dans la presse. À cette époque, les deux opérateurs avaient d’ailleurs dévoilé le lancement du DPT-RP1 (en photo), une grosse machine pour lire des fichiers et prendre des notes, vendu depuis juin pour 80.000 ¥, soit plus de 600 €.

 

Mais les premiers produits qui sortiront de Linfiny ne sont prévus que pour le courant de l’année prochaine. Vaguement. À peu près, quoi.

 

Ce rapprochement vise tout simplement à optimiser la conception et le segment Recherche et Développement de Sony Semiconductor Solutions. Et en association avec les capacités de production de E Ink, trouver de nouveaux produits à fabriquer, à base d’encre électronique, et autres e-paper.

 

Linfiny s’est dotée d’un capital social de 13,9 millions $, dont Sony et E Ink Holding détiennent 70 %. Le reste appartient à un fonds d’investissement classique. 
 

Japan Display et E Ink annoncent une meilleure résolution pour les lecteurs ebook


L’innovation vient de ce que Linfiny ne devrait pas directement produire ses propres appareils, mais devenir un sous-traitant pour d’autres opérateurs. Ses solutions permettront de réduire le délai de commercialisation, principalement. 

 

Les premiers appareils seront bien des ordinateurs portables et tablettes pour entreprise – une offre professionnelle et business avant tout. Les produits seront en marque blanche et donc disponibles pour n’importe quel acteur de la high-tech soucieux d’étoffer sa ligne de produits. 



 

Le premier rendez-vous sera à prendre au CES de Las Vegas en janvier 2018, assure Frank Ko, l’actuel CEO de E Ink. 
 

Le livre numérique semble saturer, mais l'autoédition démontre le contraire (Bookeen)


Les précisions seront les bienvenues, attendu que l’on ne comprend pas vraiment ce qu’un produit nommé e-notebook pourrait bien être, et qu’il devrait être au cœur du projet de Linfiny. Peut-être des lecteurs ebook de très grande taille, en mesure d’être utilisés comme des écrans pour prise de note. 

 

Les principaux secteurs visés seraient la santé, la finance et l’éducation. Dans tous les cas, on parle bien du marché de la mobilité.