Bibliothèques sous pression : pour 2021, des ebooks et audiobooks moins chers ?

Clément Solym - 26.10.2020

Lecture numérique - Acteurs numériques - pression économique bibliothèques - financement bibliothèques budget - livres numériques bibliothèque


L’interprofession ne le sait que trop bien : les livres numériques, et audiolivres numériques coûtent cher aux établissements publics. Et il en va de même pour les bibliothèques universitaires. Deux grandes organisations demandent une réduction significative des tarifs. Pour que les usagers ne soient plus pénalisés.

Kobo Aura One
 

La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) s’est associée à l’IATUL, International Association of Scientific and Technological University Libraries, pour une déclaration commune. Tous deux appellent « les éditeurs à reconnaître les pressions sur le financement des bibliothèques et à réduire les prix en 2021 ». 

Car le risque de prix trop élevés pour des ressources numériques conduirait à « une baisse significative des informations disponibles pour les étudiants et les chercheurs ».

De fait, les éditeurs scientifiques au Royaume-Uni ont déjà été pointés du doigt : plus de 1500 personnes ont souscrit à un appel expédié au gouvernement britannique. « [E]n raison de la loi britannique sur le droit d’auteur, les bibliothèques universitaires ne peuvent pas simplement acheter un livre numérique de la manière dont un lecteur individuel le peut — nous sommes tenus d’acheter une version sous licence, spécifiquement pour une utilisation universitaire », écrivaient-ils.
 

Mêmes causes, mêmes effets


Ainsi, IFLA et IATUL s'adressent aux éditeurs et prestataires de services d’abonnements. Il s’agit principalement des renouvellements pour 2021 des ressources et bases de données. 

« Nous voulons informer l’industrie que les universités, les écoles, les industries et les bibliothèques du monde entier font face à des réductions budgétaires importantes pour le prochain exercice, en raison de la pandémie COVID-19 », peut-on lire. Or, ces abonnements font partie des sujets discutés d’économies potentielles.

« Pour aider les bibliothèques et les institutions dans cette éventuelle crise financière, nous vous demandons de les soutenir en réduisant les prix en 2021. Nous apprécions grandement les gestes assez généreux que de nombreux éditeurs et vendeurs ont déjà déployés. Et nous attendons honnêtement une approche similaire de la part des autres », signe Christine Mackenzie, présidente de l’IFLA.

Début août, Skip Dye, responsable de la stratégie numérique et des bibliothèques, du groupe Penguin Random House, assurait du plein soutien de sa société. « Il est évident que cette extension est nécessaire pour aider à répondre aux besoins des clients et des élèves. »

De la sorte, PRH décidait de prolonger les conditions budgétaires mises en place durant la pandémie.


crédit photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.