Booxtream tatoue les fichiers MOBI et libère les éditeurs

Clément Solym - 25.09.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - drm - fichiers mobi - verrouillage


Booxtream, société néerlandaise qui entend bien porter « Le DRM social au max » est en train de plancher sur une nouvelle protection numérique pour les ebooks Kindle. Booxtream s'est déjà illustré en la matière en protégeant les fameux ebooks de Pottermore, et il pourrait bien changer la politique des éditeurs vis-à-vis d'Amazon en rendant le format MOBI plus sécurisant pour eux.

 


Analogue rights management?

Analogue rights management?, Lars Plougmann, CC BY-SA 2.0

 

 

Jusqu'à présent, les DRM du type verrou à double tour avaient plutôt la cote : rassurant pour les auteurs, parfaits pour les éditeurs, contraignants pour les lecteurs et gros sujets de rigolade pour les pirates, amateurs comme confirmés. Et puis J.K. Rowling s'est décidé à vendre Harry Potter en ebooks, sur sa propre boutique, avec des titres uniquement watermarkés.

 

On a forcé l'anglicisme : tatoués, et non plus verrouillés, les ebooks contiennent en quelque sorte la signature de l'acheteur, qui serait donc bien imprudent d'en balancer des copies sur le Web. Et les éditeurs sont soudainement intéressés par la possibilité de vendre des ebooks Kindle à partir d'un site indépendant;

 

« Depuis que charger des ebooks sur un Kindle est devenu très simple, les éditeurs n'ont plus vraiment besoin de vendre leurs titres sur Amazon. Ils peuvent les vendre sur leur propre site. Mais ces fichiers MOBI ne sont pas protégés. Proposer leurs titres tatoués et personnalisés est un vrai plus pour eux » explique Huub Van de Pol, directeur de Booxtream.

 

Les readers Kindle peuvent en effet lire le format MOBI, outre le KF8 (format propriétaire d'Amazon), mais ce format n'accepte pas la pose de DRM du type verrou : avec le watermarking, la peur du piratage est levée, et le fichier n'est pas irrémédiablement lié aux machines d'Amazon.

 

Par ailleurs, Apple iOS ne peut pas lire les fichiers protégés par le DRM d'Adobe : à l'inverse, un fichier EPUB tatoué passerait comme un mail dans la boîte de réception. Comme le souligne Huub Van de Pol, le tatouage a un autre avantage : s'il évite la mise en ligne de fichiers à un niveau massif, il n'empêche pas le prêt des livres numériques entre les proches.