Défendre la neutralité du net : déclaration de l'IFLA pour préserver les bibliothèques

Cécile Mazin - 16.08.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Neutralité internet bibliothèques - IFLA déclaration engagement - IFLA Congrès annuel


Lors du 82e Congrès de l’IFLA, une déclaration commune sur la nécessité d’un internet neutre a été communiquée. « L’Internet est construit pour être égalitaire, permettant à tout un chacun d’accéder à l’information à n’importe quel endroit de la Toile et sans interférence inique », assurent les signataires. 

 

Don't *** the Internet ! - La Quadrature du Net, IFLA 2014

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Les institutions réunies pour le Congrès de la Fédération Internationale des Associations et Institutions de Bibliothèques s’engagent donc, une fois de plus. Les avantages conférés par des Founrnisseurs d’accès à internet à certains sites, ou les sanctions prises, remettent en cause la neutralité du net. « En tant qu’institutions s’engageant à donner à leurs usagers un accès équitable au savoir, les bibliothèques jouent un rôle clef dans le maintien du principe de la neutralité de l’Internet. »

 

Pourtant, note l’organisation, la neutralité du net, pour primordiale qu’elle soit, n’est pas encore un concept familier pour chacun. 

 

Les sites Internet des bibliothèques, qui visent à être des portails fondamentaux pour ceux qui sont à la recherche de savoir et de culture, pourraient en être les premières victimes. Plus largement, les usagers des bibliothèques verront leurs choix en matière d’accès à l’information déterminés par la performance de ces sites, plutôt que par la qualité du contenu qu’ils proposent.  

 

La déclaration ainsi posée évoque ainsi la défense d’une neutralité dont découle le travail même des bibliothèques. « La Déclaration appelle les bibliothèques à la fois à agir elles-mêmes et à demander que les gouvernements et les autres acteurs prennent leur part s’agissant de protéger un accès équitable à l’information. »

 

Elle souligne notamment la nécessité d’une « liberté de l’accès à l’information, pour éviter les monopoles ». 

 

Sans neutralité de l’Internet, la capacité des bibliothèques à jouer un rôle, en tant que fournisseurs d’information, est compromise. Le site Internet de la bibliothèque ne sera pas en mesure d’entrer en concurrence avec des fournisseurs de contenu qui ont la possibilité de proposer différents niveaux ce service, à des prix préférentiels ou gratuitement en tant que services « exonérés ». Dans cette situation, les sites Internet des bibliothèques peuvent se voir relégués aux voies ralenties ou à un accès payant qui, de toute évidence, ne peuvent être compétitifs par rapport à l’accès exonéré. Pareille situation reviendrait littéralement à taxer l’accès au savoir, tout en subventionnant le contenu commercial. 

 

D’autant que cette idée va de pair avec une autre, tout aussi cruciale, celle de la liberté d’expression : contrôler et limiter les sources d’informations revient à empêcher la libre circulation des idées. Un autre point que l’IFLA dénonce.

 

La Déclaration sera à mettre en parallèle avec la récente prise de position des opérateurs télécoms, qui menaçaient de restreindre les investissements en matière de 5G. L’intervention des régulateurs suivant les règles européennes sur la neutralité du net, leur posaient de sérieux problèmes. Une trentaine d’organisations avaient signé un courrier adressé aux législateurs européens, pour demander de ne pas céder à la pression des lobbyistes en la matière.