Droits du livre numérique : quid des ebooks enrichis ?

Clément Solym - 13.03.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - Droits - livre - numérique


La popularité de l'ebook doit beaucoup à la lecture sur smartphone et à l'arrivée imminente de l'iPad, dont on ne finit plus de parler, ici ou ailleurs. Une enquête menée par Mobclix a révélé cette semaine qu'il y avait davantage d'applications dédiées aux livres disponibles sur l'iPhone que de jeux à télécharger.

La question des droits autour du livre numérique est loin d'être réglée. De nombreux éditeurs semblent favorables à une définition assez large des droits car le cas des ebooks enrichis est plus épineux. Certains agents souhaitent marquer une distinction entre le texte et des éléments multimédias additionnels. Un porte-parole d'Hachette a déclaré qu'au contraire « [Hachette] voulait obtenir tous les droits numériques ».

Tom Williams, de Peters Fraser & Dunlop, a déclaré : « Nous pensons que le livre numérique est une très bonne chose pour les éditeurs, car les titres épuisés encouragent le piratage. Les ebooks augmentés sont une proposition différente, il doit en être de même dans la gestion des droits. » Eugénie Furniss de William Morris Endeavor Entertainment a également précisé que son agence négociait séparément les droits des ebooks augmentés et ceux des ebooks contenant seulement du texte.

Jim Gill d'United Agents pense que certains ajouts basiques au livre ne dépasseraient pas le cadre des droits existants, « si nous ne nous parlons de produits hyper élaborés qui n'ont plus rien avoir avec ce que nous nommons livre ».

Le besoin d'une définition claire des droits commence à être pressant. Bhaskar Michael, directeur de publication numérique chez Profile Books, rappelle qu'il s'agit d'un domaine neuf.