Entre Etats-Unis et Espagne, les habitudes numériques varient peu

Clément Solym - 25.09.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebook - espagne - marche


Pour le directeur de la Federación de Gremios de Editores de España, l’ouverture prochaine de la foire internationale du livre sera évidemment un grand événement. Amazon qui vient de se lancer sur le marché espagnol devrait avoir un impact positif, estime Antonio Maria Davila.

La présence du cybermarchand devrait participer d’un assouplissement des règles qui conditionnent le marché du livre dans la péninsule ibérique.

Un avis partagé par David Fernadez, de la bibliothèque Cyberdark : l’émergence de ce nouvel acteur dans le secteur de l’édition favorisera l’essor numérique. Mais n’impactera pas les librairies spécialisées, en dépit de la gratuité des frais de port.


Davila, revenant sur la question des livres numériques, explique : « En Espagne, 3 % des lecteurs pratiquent le livre numérique. Aux États-Unis, le pourcentage est autour de 5, ce qui signifie qu’il n’y a pas de grande différence avec le marché espagnol, en dépit de ce que les habitudes technologies sont très différentes. »

Les principaux obstacles au développement sont connus : la TVA  fixée à 18 % pour les livres numériques, contre 4 % pour le livre papier - ce qui augmente globalement le prix de vente... Une manière globale de rendre le livre plus attrayant, explique Enrique Redel, directeur de Impedimenta, la suppression des taxes sur le livre.

En Espagne, 61,9 % de la population de plus de 14 ans lit des livres. Pourtant, les éditeurs, comme les libraires, considèrent que le livre ne se vend pas très bien - sans que cela ne soit un problème cependant pour leur commerce. La présence de la Roumanie, invitée de cette foire du livre sera l’occasion de confronter les expériences.