Fantasy-SF : l'éditeur Tor/Forge décrète l'abandon total des DRM

Clément Solym - 25.04.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - DRM - ebooks - Tor


L'éditeur de titres de science-fiction, Tor/Forge vient de décider l'abandon des DRM sur ses livres numériques. Un mouvement salué amplement, par lequel on remercie Tom Doherty Associates d'avoir pris conscience des attentes des consommateurs. 

 

C'est donc dans l'air du temps : un éditeur majeur de la SF outre-Atlantique décide d'en finir avec les verrous numériques. Et donc de rayer définitivement la réponse habituellement faite pour justifier leur existence : cela enraye le piratage. Désormais, la question ne se pose donc plus. En tout cas, chez Tor/Forge.

 

« Nos auteurs et les lecteurs demandent cela depuis un long moment. Ils représentent un groupe techniquement informé et les DRM sont un problème constant pour eux. Ils les empêchent d'utiliser légitimement les livres numériques achetés dans un cadre parfaitement légal, comme les déplacer d'un lecteur ebook à un autre », explique le président et éditeur Tom Doherty. 

 

Les titres seront prochainement disponibles sur l'ensemble des plateformes de vente, à commencer par ceux qui proposent en priorité des livres numériques sans DRM. Une initiative appréciable, et plus particulièrement pour ces détaillants qui n'ont jamais cru aux verrous.

 

 

C'est également une autre mesure prise contre Amazon, directement, pour limiter le monopole. En effet, il sera possible pour les acheteurs de livres au forma Kindle de transformer sans peine leurs ouvrages en version EPUB et de les lire sur d'autres lecteurs ebook. 

 

Tor/Forge est une filiale de la société Macmillan, impliquée dans la collusion soupçonnée par le ministère de la Justice. Et peut-être faut-il lire dans cette expérimentation, une approche plus large de la part de la maison mère. Les implications de la décision de Tor/Forge sont donc extrêmement importantes. 

 

Cory Doctorow n'a pas manqué de saleur cette décision : selon lui d'autres vont suivre, évidemment, et c'est un nouveau marché qui va s'ouvrir pour les consommateurs. Depuis que Pottermore a décidé d'opter pour le watermarking, permettant une identification du fichier, plutôt que d'en limiter les utilisations possibles, les clients ne peuvent que croiser les doigts sur ce point. 

 

Finalement, cette matinée aurait plutôt tendance à très bien commencer. Reste alors à convaincre des acteurs comme Arnaud Nourry, PDG du groupe Hachette, qui s'inspirera peut-être de l'action du groupe Macmillan. Ce dernier, à l'occasion du Slaon du livre de Paris, nous avait déclaré combien les DRM comptaient encore pour la protection des oeuvres, en plus du travail de la société Attributor, chargée de surveiller la présence d'ebooks pirates sur la toile. 

 

« La DRM sert à empêcher que l'on distribue des centaines de fois le fichier acheté. Le format ouvert permet une lecture libre sur tous types de supports. En France, on a une petite difficulté avec le piratage, ignorant que l'on n'a pas le droit de faire des copies librement, et à  ce titre je crois que la DRM est nécessaire. Si dans cinq ans ou dix ans, la question est culturellement dépassée, on sera ravis d'enlever les DRM. Mais aujourd'hui, nos auteurs ne comprendraient pas que l'on se lance dans un système où l'on vend une fois et où c'est copié 500 fois. C'est trop contraire à la défense du droit moral pour qu'on le fasse. Peut-être dans une prochaine génération, verra-t-on les choses autrement : la musique a fini par abandonner les DRM, mais l'heure n'est pas venue pour les éditeurs. » (voir notre actualitté)

 

Dont acte...

 

Mise à jour (15h14) : 

 

Pour Tor/Forge, l'intégralité du catalogue sera débarassé des DRM à compter du mois de juillet. Un peu de patience, donc, en espérant que cela n'impacte pas les ventes durant cette période... Ou que les lecteurs puissent retélécharger un ebook sans les DRM, après coup.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.